Un seul endroit pour avorter à Québec?

Actuellement, l'Hôpital Saint-François d'Assise (photo), dans Limoilou, et... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Actuellement, l'Hôpital Saint-François d'Assise (photo), dans Limoilou, et le CHUL, dans Sainte-Foy, possèdent chacun une unité de planification des naissances, où sont dispensés les avortements.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec songe à fusionner ses deux unités de planification des naissances, dont l'une est au CHUL et l'autre au pavillon Saint-François d'Assise. Il ne resterait alors, dans la capitale, qu'un seul lieu où seraient réalisés les avortements.

«C'est une avenue que l'on veut regarder. [...] Ça fait déjà plusieurs années que c'est dans l'air. C'est toujours une réflexion», confirme au Soleil Pascale St-Pierre de la direction des communications du CHU de Québec. «Quand il y a deux services, on se pose toujours la question : "Pourquoi deux?"»

L'administration du CHU de Québec voudrait donc savoir si une fusion se solderait par des soins améliorés et des coûts réduits. Une démarche qui reste à réaliser. «On a une volonté de regarder pour offrir la meilleure organisation pour les patients. [...] Mais l'analyse n'a pas encore été faite. [...] On n'a pas lancé une analyse officielle. Il y a des discussions.»

Il serait donc «hautement prématuré» d'annoncer le regroupement des services de planification familiale, insiste Mme St-Pierre. «Parce qu'avant de faire ça [...] il faut faire des analyses pour voir comment on pourrait organiser le service, s'assurer qu'il n'y ait pas de rupture de service.»

«Ce n'est pas parce qu'il y a deux services qu'on fait automatiquement un regroupement. Il faut aller voir quels pourraient être les gains en premier pour la clientèle, en deuxième des gains au niveau de l'organisation et, en troisième, toujours important aussi au niveau des deniers publics qui y sont investis. Donc, il faut faire ces démonstrations-là avant de se lancer dans un processus de regroupement.»

À Québec, il y a deux maternités, celle du CHUL dans le secteur Sainte-Foy et l'autre dans le quartier Limoilou à l'Hôpital Saint-François d'Assise. Quelque 8400 bébés y naissent annuellement, selon le rapport annuel de l'établissement.

Milliers de consultations

C'est aussi dans ces deux établissements que se trouvent les deux unités de planification des naissances. Treize médecins travaillent dans ces deux lieux où on enregistre quelque 11 200 consultations par année (5969 au CHUL, 5228 à Saint-François d'Assise).

Les soins le plus connus de ces cliniques sont les interruptions volontaires de grossesse, les avortements. Ceux-ci sont réalisés lors de grossesses non désirées, mais aussi lorsque la grossesse évolue de façon anormale : foetus non viable, grossesse arrêtée, fausse-couche...

Dans les deux unités, les praticiens dispensent aussi toute une gamme de services liés à la contraception : pilule, stérilet, timbre contraceptif, etc. Pascale St-Pierre ajoute que des hommes s'y retrouvent également pour subir une vasectomie.

Dans la région de la Capitale-Nationale, seules ces deux cliniques de planification familiale, installées dans les hôpitaux publics, réalisent des avortements. Sur l'autre rive, l'Hôtel-Dieu de Lévis offre l'intervention.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer