Vingt-sept postes en santé mentale abolis à Lévis, dénoncent les infirmières

En plus des compressions importantes, le personnel infirmier... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

En plus des compressions importantes, le personnel infirmier de la Chaudière-Appalaches dénonce les hausses de salaire faméliques, voire inexistantes, proposées par le ministre de la Santé et des Services sociaux.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Des infirmières et infirmières auxiliaires de la Chaudière-Appalaches ont dénoncé dimanche des coupes budgétaires de 25 millions $ sur leur territoire. Des compressions imposées par le ministère de la Santé qui mèneront, selon leur syndicat, à l'abolition de 27 postes uniquement dans les services en santé mentale de l'Hôtel-Dieu de Lévis.

La Fédération interprofessionnelle en santé du Québec (FIQ) maintient son offensive contre le ministre Gaétan Barrette, alors que l'organisation syndicale a quitté la table de négociation avec le gouvernement la semaine dernière.

La bataille s'est transportée à Lévis, dimanche midi. Quelque 200 membres du personnel infirmier du CSSS Alphonse-Desjardins, de l'Hôtel-Dieu de Lévis et du CISSS de Chaudière-Appalaches se sont rassemblés pour dénoncer les compressions de 25 millions $ annoncées par les libéraux.

«Les premières coupes se font en santé mentale. C'est 27 postes qu'on va abolir», a déploré Manon Larochelle, porte-parole de la FIQ pour la région de la Chaudière-Appalaches. La représentante syndicale appréhende une baisse dans la qualité des services offerts aux citoyens, soulignant que le département de psychiatrie présentait une clientèle plus vulnérable. «On perd des infirmières qui ont 10, 15, 20 ans d'expérience. [...] Je peux comprendre qu'au Québec il faut se serrer la ceinture; mais pas aux dépens de la santé et de la qualité des soins.»

Infirmières relocalisées

Selon la convention collective des 66 000 membres de la FIQ, les infirmières ayant davantage d'ancienneté seront éventuellement relocalisées dans le système de la santé. C'est «au bout de la chaîne qui va suivre» que les conséquences pourraient se faire sentir. Ultimement, Mme Larochelle croit qu'une vingtaine de personnes pourraient perdre leur emploi, alors que d'autres, surtout les infirmières auxiliaires, verront leur statut d'emploi fragilisé.

En plus des compressions importantes, le personnel infirmier de la Chaudière-Appalaches dénonce les hausses de salaire faméliques, voire inexistantes, proposées par le ministre de la Santé et des Services sociaux. «Les hausses salariales, on n'en aura pas. C'est trois ans de gel de salaire. Quand on voit les médecins qui ont 34 % sur huit ans... On sait qui dirige de toute façon...» a décoché Mme Larochelle, à propos du ministre Gaétan Barrette.

La FIQ assure qu'il existe des solutions pour améliorer l'efficacité du système de santé sans diminuer le personnel. «C'est une question de ratio de patients. Pour l'organisation du travail, on sait quoi faire, on sait comment [améliorer le système], mais on n'est pas écoutés.»

Partager

À lire aussi

  • Brigitte Breton | Faire mieux en santé mentale

    Brigitte Breton

    Faire mieux en santé mentale

    ÉDITORIAL / «Faire ensemble et autrement.» C'est le titre du plan d'action en santé mentale qu'a enfin présenté vendredi le ministre de la Santé et... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer