Un survivant du cancer donne 1,4 million $ au CHU de Québec

Le Dr Éric Vigneault, dans la salle de... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le Dr Éric Vigneault, dans la salle de curiethérapie de L'Hôtel-Dieu de Québec.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Survivant du cancer de la prostate, l'entrepreneur à la retraite Gilbert Rousseau a décidé de donner au suivant en versant pas moins de 1,4 million $ à la Fondation du CHU de Québec. Son généreux don servira à développer une chaire de recherche en curiethérapie créée en collaboration avec la faculté de médecine de l'Université Laval.

Le résident de Rosemère a lui-même bénéficié il y a cinq ans de traitements de curiethérapie guidée par imagerie, une technique qui permet d'appliquer des sources radioactives dans une tumeur tout en diminuant l'irradiation des tissus avoisinants. Lorsque le Dr Éric Vigneault, radio-oncologue spécialisé en curiethérapie et titulaire de la nouvelle chaire, l'a approché pour lui parler de son projet, il n'a pas hésité longtemps.

«Je crois que c'est un traitement de l'avenir. Je connais peu de choses en médecine, mais avec mon expérience, qui s'est très bien déroulée, j'y crois», a expliqué l'homme de 71 ans en marge d'une conférence de presse annonçant son importante contribution à la création de la chaire, contribution qui sera répartie sur sept ans.

«Le surlendemain de l'intervention, j'étais déjà sur les terrains de golf. Je vais très bien, je n'ai pas de séquelles», a précisé M. Rousseau, qui souhaite que l'expérience acquise en curiethérapie à L'Hôtel-Dieu de Québec «demeure ici et qu'on avance encore». 

Québec a été longtemps la seule ville au Canada à offrir la curiethérapie aux patients atteints de cancer, et aujourd'hui, les connaissances et les techniques développées ici sont utilisées dans plusieurs grands centres hospitaliers au pays, a-t-on expliqué mardi en conférence de presse.

«Des fois, on cherche une cause [...], et la rencontre avec le Dr Vigneault m'a convaincu. J'ai embarqué parce que ça venait me chercher. La recherche était importante pour moi dans mon entreprise, alors quand le Dr Vigneault a prononcé le mot recherche, il n'a pas eu besoin de le prononcer une deuxième fois.»

Gilbert Rousseau
Entrepreneur à la retraite

«Des fois, on cherche une cause [...], et la rencontre avec le Dr Vigneault m'a convaincu. J'ai embarqué parce que ça venait me chercher. La recherche était importante pour moi dans mon entreprise, alors quand le Dr Vigneault a prononcé le mot recherche, il n'a pas eu besoin de le prononcer une deuxième fois», a raconté celui qui possédait une entreprise de fabrication de meubles (Québéko). 

Le philanthrope en est à son quatrième don pour les patients atteints du cancer de la prostate, lui qui a aussi contribué à l'acquisition d'un robot chirurgical, à la réalisation d'un projet de recherche conjoint avec l'Université Queen's et au financement d'une salle de curiethérapie.

Améliorer le traitement

Selon le Dr Vigneault, la chaire de recherche en curiethérapie guidée par imagerie permettra d'améliorer la précision des traitements pour le cancer de la prostate, mais aussi pour d'autres types de cancers (gynécologiques, digestifs, du sein et du rectum, par exemple). «La moitié des gens atteints de cancer vont avoir besoin de radiothérapie», a-t-il rappelé, ajoutant qu'il restait encore du chemin à parcourir pour minimiser la toxicité de ce type de traitement.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer