Pharmacies: des ristournes plus élevées sur les médicaments génériques

Il semble que l'augmentation des ristournes provenant des... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Il semble que l'augmentation des ristournes provenant des fabricants de médicaments génériques permettra aux pharmaciens propriétaires d'éponger une partie, voire la totalité, des coupures de 133 millions $ par année.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre Gaétan Barrette a confirmé, jeudi, que les pharmaciens propriétaires pourront bénéficier à l'avenir de ristournes plus élevées sur la vente de médicaments génériques.

Dans le cadre des négociations sur les honoraires des pharmaciens qui ont mené, il y a quelques jours, à une entente de principe, le ministre de la Santé a accepté de lever le plafond de 15% de ce qu'on appelle les allocations professionnelles versées par les compagnies pharmaceutiques aux propriétaires de pharmacies.

M. Barrette a toutefois exigé que les pharmacies continuent d'utiliser ces allocations professionnelles pour donner des services aux patients. «Ainsi, du personnel supplémentaire pourrait par exemple être embauché pour assurer les nouveaux services offerts par les pharmaciens. Le retrait du plafond des allocations professionnelles devient le levier dont les pharmaciens avaient besoin pour négocier avec leurs vis-à-vis et dégager les sommes requises pour assurer les services à la population», a expliqué le ministre dans un communiqué.

Ces allocations professionnelles sont utilisées depuis quelques années pour financer des services gratuits de nutritionnistes, de santé voyages, sur l'allaitement, la grossesse dans les pharmacies. «Ce ne sont pas des montants que les pharmaciens mettent dans leurs poches. On doit justifier l'utilisation de ces allocations par des nouveaux services aux patients», a indiqué au Soleil un pharmacien.

Par ailleurs, il semble que l'augmentation des ristournes provenant des fabricants de médicaments génériques permettra aux pharmaciens propriétaires d'éponger une partie, voire la totalité, des coupures de 133 millions $ par année, pendant trois ans, dans les honoraires des pharmaciens que le ministre voulait mettre en place. L'Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP) ne veut pas commenter l'entente avec le ministre tant que le Conseil du Trésor n'aura pas donné son approbation à l'accord.

D'autre part, M. Barrette a nié que la levée du plafond sur les allocations professionnelles a fait l'objet d'une entente secrète avec l'AQPP qui agit comme agent négociateur auprès du gouvernement. Le ministre réagissait à des informations publiées lundi par le Journal de Montréal.

«Il n'y a pas de secret entourant cette entente ni son contenu. On ne discute pas d'une entente de principe sur la place publique avant que l'organisation ait pu la soumettre à ses membres et l'entente avec les pharmaciens propriétaires n'a pas fait exception, en suivant le processus normal de toute négociation», a soutenu le ministre.

Le ministre de la Santé s'est réjoui de l'acceptation par les pharmaciens propriétaires des compressions dans leurs honoraires qui permettront au gouvernement de réduire ses dépenses de 400 millions $, ou de 133 millions $ par année, à l'assurance médicaments sur une période de trois ans. Depuis le 20 juin, le ministre avait toutefois le pouvoir d'imposer ses vues aux pharmaciens propriétaires à la suite de l'adoption de la loi 28.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer