Maladie d'Alzheimer: les jeunes dans la vingtaine peuvent être touchés

Image d'un cerveau atteint d'Alzheimer.... (Photo AP)

Agrandir

Image d'un cerveau atteint d'Alzheimer.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La maladie d'Alzheimer n'est pas une maladie qui touche uniquement les personnes âgées. En raison de leur hérédité, des gens dans la vingtaine peuvent aussi être affectés par une dégénérescence du cerveau.

«Des études l'ont démontré ailleurs. Une personne de 24 ans peut avoir les mêmes symptômes de la maladie qu'une personne de 70 ans. Pour celle qui est plus jeune, la progression de la maladie est plus rapide, plus agressive», a fait part, jeudi, au Soleil, le Dr Georges Lévesque, directeur adjoint du département de psychiatrie et des neurosciences à l'Université Laval.

Pour bien des personnes, l'hérédité est un des principaux facteurs de l'apparition de la maladie chez les personnes de moins de 65 ans. Selon le Dr Lévesque, il y a une composante génétique dans la maladie.

«Les cas héréditaires représentent entre 5 et 10% de tous les cas de maladie d'Alzheimer. Si on regarde le nombre de patients au total, c'est une population importante. Au niveau génétique, il y a une mutation d'un gène dans à peu près la moitié des cas», a-t-il précisé, en marge du lancement d'une nouvelle étude sur la maladie d'Alzheimer.

«C'est un gène qui porte une mutation et qui fait un problème sur une protéine. On connaît une partie de sa fonction mais on ne connaît pas pourquoi cette protéine conduit à la maladie d'Alzheimer de façon aussi agressive et précoce», a-t-il ajouté.

Beaucoup d'autres recherches seront nécessaires avant de cerner les causes et le cheminement de la maladie. «On est rendu au delà de 180 mutations connues dans un gène. Plus on avance, plus on ouvre des portes. On pense qu'on a trouvé la solution en étudiant une cellule et on se rend compte que la complexité est plus grande que l'on avait imaginé au départ», a dit le Dr Lévesque.

Nouvelle étude

Par ailleurs, une nouvelle étude qui a été lancée, jeudi, à Québec, devrait permettre d'en connaître davantage sur les causes génétiques et physiques de la maladie d'Alzheimer.

Financés par le Fonds de recherche en santé du Québec et la pharmaceutique Pfizer, 90 chercheurs et cliniciens au Québec vont tenter d'identifier les signes précurseurs et les causes de la maladie d'ici trois ans. Ces professionnels sont regroupés dans le Consortium pour l'identification précoce de la maladie d'Alzheimer (CIMA-Q).

Pour l'étude, les chercheurs veulent recruter 70 personnes de 60 ans et plus dans la région de Québec. Les participants devront avoir un examen médical et une évaluation psycho-cognitive d'une durée de deux heures et donner un échantillon de sang. De façon facultative, ils auront un examen d'imagerie par résonance magnétique du cerveau et une ponction lombaire.

On peut s'inscrire pour participer à l'étude sur le site du consortium (cima-q.ca) ou par téléphone au 418 649-0252 poste 63711.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer