Des compressions de 583,1 millions $ en santé

«C'est le double des compressions de l'an dernier.... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

«C'est le double des compressions de l'an dernier. La situation est déjà critique. Ce sera l'hécatombe», a dénoncé, aujourd'hui, la présidente régionale de la CSN, Ann Gingras, au cours d'une conférence de presse.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) C'est une somme de 583,1 millions $ que les établissements de santé devront couper dans leurs dépenses cette année, selon un document du ministère de la Santé en date du 26 mars dernier qui a été remis lundi aux médias par la CSN.

Dans les régions de Québec et de la Chaudière-Appalaches, les compressions attendues au cours des 24 prochains mois dépassent les 100 millions $. Pour l'année en cours, on prévoit des coupes de 48,2 millions $ dans la région de la Capitale-Nationale et de 17,2 millions $ dans celle de Chaudière-Appalaches.

«C'est le double des compressions de l'an dernier. La situation est déjà critique. Ce sera l'hécatombe», a dénoncé, lundi, la présidente régionale de la CSN, Ann Gingras, au cours d'une conférence de presse.

À son avis, ces compressions supplémentaires vont inévitablement se traduire par des services en moins bien qu'il ne soit pas possible pour le moment d'identifier les services qui seront réduits. Le ministre Gaétan Barrette a toujours prétendu que les réductions de certains budgets dans la santé n'affecteront pas les services.

Québec prévoit un budget de transition de 165 millions $ pour l'ensemble du réseau de la santé pour atténuer les compressions de près de 600 millions $ cette année. Toutefois, cette somme n'est pas acquise. Le document du ministère précise que ce budget reste à confirmer. 

Selon le ministère de la Santé, les principales réductions budgétaires viendront de ce qu'on appelle la révision de la gouvernance ou de la diminution du nombre de cadres (économies de 220 millions $) et de l'amélioration de la pertinence des soins et des services (économies de 150 millions $).

DÉCISIONS EN CATIMINI

Dans la région de Québec, les économies attendues par la révision de la gouvernance et de l'amélioration de la pertinence de soins sont de 38,7 millions $ cette année et de 13,6 millions $ en Chaudière-Appalaches.

«On n'est pas capable d'expliquer la pertinence des soins et des services en santé physique. Est-ce que ça veut dire qu'on va jouer dans le panier de services? Est-ce que ça veut dire qu'avec une seule entité pour couvrir tout le territoire 03, les spécialités médicales dans Charlevoix, Portneuf, seront concentrées à Québec?» a demandé Mme Gingras.

D'autre part, la présidente régionale de la CSN a dénoncé l'approche gouvernementale d'appliquer des coupes budgétaires en catimini. «L'information sort au compte-gouttes. Il n'y a pas de transparence dans ce qui se passe dans le réseau de la santé. Il n'y a pas de conseils d'administration pour mettre les décisions sur la place publique. Ils ne seront nommés qu'à la fin de septembre et on ne sait pas à quelle date ils seront fonctionnels», a-t-elle affirmé.

D'autre part, les représentants des syndiqués à la CSN dans la santé doutent fortement que des économies soient réalisées par la réduction du nombre de cadres. «C'est faux de penser que ça va coûter moins cher. Il y a autant de chances que ça coûte moins que le bacon devienne un légume. Les cadres qui seront coupés vont juste ne plus avoir le statut de cadre. Ils vont avoir le statut de SNS [syndicable non syndiqué] au salaire d'un cadre», a soutenu Barbara Poirier, du syndicat des employés de bureau du Centre Alphonse-Desjardins.

On craint que les employés sur les listes de rappel fassent les frais de la réforme Barrette. «On ne parle jamais des gens sur les listes de rappel. C'est comme si ce monde cesse d'exister lorsqu'il y a une réforme ou une fusion. Ce sont des gens qui travaillaient qui ne sont pas des détenteurs de poste mais ce sont des gens qui vont disparaître, qui n'ont aucun droit», a déploré Mme Gingras.

Par ailleurs, les compressions de 583,1 millions $ dans la santé incluent les salaires d'une journée de travail de plus (45 millions $) étant donné que 2016 est une année bissextile et les coûts de l'indexation des autres dépenses (88,1 millions $). Aucun budget n'a été alloué pour ces dépenses supplémentaires.

Partager

À lire aussi

  • Brigitte Breton | Barrette et le vote des aînés

    Éditoriaux

    Barrette et le vote des aînés

    Le gouvernement renonce finalement à hausser de plus de 1,8 % les frais d'hébergement des personnes âgées après avoir envisagé de les augmenter de 4... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer