Deux cas de rougeole déclarés à Québec

Le responsable médical de la clinique Saint-Louis s'est... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le responsable médical de la clinique Saint-Louis s'est fait rassurant vendredi. «C'est arrivé au début du mois d'avril, ça fait longtemps que le microbe n'est plus là. On n'a pas besoin de désinfecter les murs. Dès que la personne est partie, une heure après, c'est fini», commente le Dr Lachance.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) La Direction régionale de santé publique a confirmé vendredi que deux cas de rougeole sont apparus dans la région de Québec. Il s'agirait des premiers cas depuis l'épidémie de 2011, qui avait alors atteint près de 725 personnes au Québec.

Le premier a contracté la maladie lors d'un voyage en Inde. À la fin du mois de mars, il s'est présenté à la clinique médicale Saint-Louis, dans Sainte-Foy, où il a infecté un membre du personnel de secrétariat. «Cette personne-là n'était pas bien vaccinée [...] elle a toussé devant l'un de nos employés», explique le Dr Pierre Lachance, responsable médical de la clinique.

Pour le moment, la Santé publique tentait d'entrer en contact avec toutes les personnes qui auraient été exposées à la rougeole. «Les gens recevront des lettres d'information, et la clinique pourrait également remettre des lettres directement à la population», informe le Dr Jasmin Villeneuve, médecin-conseil à la Direction de santé publique de Québec. «On essaie aussi de les contacter par téléphone.»

Depuis l'apparition des cas de rougeole, les employés de la clinique doivent vérifier leur température corporelle quotidiennement pendant les trois prochaines semaines et surveiller les symptômes, soit une toux, une forte fièvre, un écoulement nasal, des yeux larmoyants et des éruptions cutanées.

Microbe «disparu»

Le responsable médical de la clinique Saint-Louis s'est fait rassurant vendredi. «C'est arrivé au début du mois d'avril, ça fait longtemps que le microbe n'est plus là. On n'a pas besoin de désinfecter les murs. Dès que la personne est partie, une heure après, c'est fini», commente le Dr Lachance, qui précise que la clinique respecte les procédures en cas de maladie infectieuse.

À ceux qui s'inquiètent d'avoir contracté la maladie, le Dr Villeneuve suggère de vérifier si elles ont bien reçu leurs vaccins. En cas de doute, il conseille aux gens de communiquer avec leur CLSC ou Info-Santé pour vérifier leurs symptômes.

Très contagieuse, la maladie s'attrape par contact avec des sécrétions du nez ou de la gorge en suspension dans la pièce où se trouve la personne infectée. Le virus peut survivre pendant près de deux heures à l'air libre. Une personne infectée est contagieuse quatre jours avant l'apparition des rougeurs et quatre jours après.

«C'est une maladie qui va contaminer beaucoup de gens si une population n'est pas protégée [par le vaccin]. Actuellement, on a une protection suffisante à Québec, ce n'est pas à 100 %, car on a quelques cas, mais on ne risque pas d'avoir une dizaine de cas qui vont s'étendre dans toute la région», explique le Dr Villeneuve, qui ne serait cependant pas surpris de voir surgir d'autres cas de rougeole dans la région.

Des gens «mal vaccinés»

Actuellement, les bébés de moins d'un an et les personnes nées avant 1970 ne sont pas vaccinés. Les gens plus âgés ont été en contact avec le virus et ont développé une immunité, explique le Dr Jasmin Villeneuve, de la Direction de santé publique de Québec. Ceux nés entre 1970 et 1980 devraient avoir reçu une dose de vaccins; ceux après 1980, deux doses.

Dans le cas des personnes infectées, l'une dans la vingtaine, et l'autre dans la trentaine, elles n'avaient reçu que la première dose du vaccin. «Les gens sont mal vaccinés, ils ont peur des vaccins. Mais c'est bien moins pire d'avoir les effets secondaires du vaccin que la maladie elle-même», avise le Dr Pierre Lachance, de la clinique Saint-Louis.

Lanaudière

Deux à trois pour cent de la population serait fortement opposée à la vaccination. L'éclosion de rougeole dans Lanaudière serait d'ailleurs due à un groupe religieux, la communauté de l'Esprit-Saint, qui refuse la vaccination. Plus de 130 personnes ont contracté la maladie dans la région, au cours des dernières semaines.

La situation est différente à Québec, note le Dr Villeneuve, «on n'a pas de groupe aussi bien structuré, qui refuse aussi largement la vaccination». La Santé publique rappelle que les deux cas déclarés à Québec ne présentent pas de lien avec ceux de Lanaudière.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer