Abolition des Agences de la santé: plus de 600 employés au chômage

Des services comme la prévention du tabagisme, la... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Des services comme la prévention du tabagisme, la prévention des maladies infectieuses et la certification des résidences pour personnes âgées pourraient être touchés, selon les représentants syndicaux.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Avec l'abolition des Agences de la santé et des services sociaux, qui cessent officiellement d'exister mardi, ce sont plus de 600 employés qui se retrouveront sans emploi après avoir terminé leur journée de travail mardi, un chiffre qui risque d'augmenter au cours des prochaines semaines, selon la CSN.

La centrale syndicale avait convoqué une conférence de presse pour dénoncer ce qu'elle considère comme un climat d'improvisation dans le réseau à l'approche de l'entrée en vigueur de la loi 10, qui abolit les Agences.

Des plus de 2000 employés des Agences au Québec, la CSN estime qu'environ 30 %, soit un peu plus de 600, se retrouveraient au chômage mardi. «Et on parle d'employés qui n'ont pas la sécurité d'emploi, ils ne sont pas payés pour rester chez eux!» précise Jean Lacharité, vice-président de la CSN. À ces travailleurs, il faut aussi ajouter tous ceux qui sont déjà sur une liste de rappel.

Seulement pour la région de la Chaudière-Appalaches, Ann Gingras, présidente du conseil central Québec et Chaudière-Appalaches, parle de 44 travailleurs sur 121 qui se retrouvent au chômage, en plus des 34 qui figurent déjà sur la liste de rappel.

Ceux qui ont pu être transférés dans d'autres établissements ne seraient pas «sauvés» pour autant. «Il y a une incertitude même chez ceux qui obtiennent un nouveau poste puisque ces postes pourraient très bien être abolis à leur tour suite à la mise en application du nouveau budget Leitão. Ce sont des gens dont les postes ont été transférés, mais sans les budgets!» indique M. Lacharité. Bref, la majorité des employés des agences ne savent toujours pas ce qu'il adviendra d'eux à quelques heures de la date fatidique.

Tâches spécifiques

Marcelle Nadeau, présidente du Syndicat des travailleuses et travailleurs de l'Agence de la santé et des services sociaux de la Chaudière-Appalaches, indique pour sa part que plusieurs employés pourraient hériter d'un poste qui a peu à voir avec la tâche qu'ils effectuaient au cours des dernières années.

«Des diététiciens, des psychologues, des infirmières détentrices de maîtrises ou de doctorats, des gens qui ont des tâches spécifiques qu'il sera impossible de replacer dans un poste similaire», explique-t-elle.

Des services comme la prévention du tabagisme, la prévention des maladies infectieuses et la certification des résidences pour personnes âgées pourraient être touchés, selon les représentants de la centrale syndicale. «Ce n'est pas vrai qu'une infirmière qui a travaillé au niveau des maladies infectieuses et n'a pas touché à une aiguille depuis 15 ans pourra se ramasser dans une urgence», indique M. Lacharité.

Le vice-président de la CSN souhaiterait que le ministre Gaétan Barrette dévoile à tout le moins son plan d'ensemble. «Qu'il le dise s'il souhaite accroître la privatisation dans le réseau. On ne le souhaite pas, mais on a vraiment l'impression que c'est la carte cachée du gouvernement Couillard», termine-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer