• Le Soleil > 
  • Actualités > 
  • Santé 
  • > Départs massifs à la retraite: l'Ordre des infirmières invite le gouvernement à la prudence 

Départs massifs à la retraite: l'Ordre des infirmières invite le gouvernement à la prudence

La présidente de l'Ordre des infirmières et infirmiers... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La présidente de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), Lucie Tremblay.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'Ordre des infirmières invite le gouvernement Couillard à la prudence afin d'éviter un départ massif à la retraite d'infirmières en diminuant les conditions de leur régime de retraite.

«Il faut faire preuve de grande prudence et ne pas jeter le bébé et l'eau du bain. Quand on regarde les chiffres qu'on a à l'Ordre, il y a quand même un nombre important d'infirmières qui ont 55 ans et plus. Le gouvernement doit s'assurer qu'il n'y ait pas des départs massifs à la retraite», a affirmé, mardi, la présidente de l'Ordre, Lucie Tremblay, au cours d'un entretien téléphonique avec Le Soleil.

Mme Tremblay a souligné que le gouvernement ne devait pas limiter sa réflexion sur le nombre d'infirmières qui pourraient quitter le réseau de la santé. «Il faut tenir compte aussi de toute l'expertise qu'une infirmière qui a de l'expérience peut amener au sein de l'équipe de soins», a-t-elle dit.

Selon les données de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), plus de 10 000 infirmières et infirmières auxiliaires pourraient prendre leur retraite au cours des prochains mois et ne pas être pénalisées par le report de l'âge de la retraite de 60 à 62 ans et l'augmentation des pénalités actuarielles en cas de préretraite. Du côté syndical, on craint qu'un tel départ massif force les employeurs à recourir aux heures supplémentaires obligatoires et à l'embauche à fort prix d'infirmières provenant d'agences privées.

Pas comme les années 90

Au Conseil du trésor, qui pilote les négociations avec les syndicats, on ne croit pas que la diminution des conditions du régime de retraite aggravera la pénurie d'infirmières dans le réseau de la santé.

«Ça n'a rien à voir avec ce qui a été fait dans les années 90. À l'époque, des indemnités avaient été octroyées pour permettre aux salariés de se rendre à leur retraite. On ne parle pas de ça actuellement. Ce qui est proposé est vraiment une mesure responsable pour assurer la pérennité du régime de retraite en tenant compte du prolongement de l'espérance de vie», a-t-on répondu.

Selon les évaluations du Conseil du trésor, les changements au régime de retraite pousseront 400 infirmières de plus à se retirer cette année et 1200 de plus en 2016. En moyenne, on estime que 2400 infirmières prennent leur retraite par année, sans modification au régime. C'est donc dire que le gouvernement s'attend à ce que 2800 infirmières en 2015 et 3600 autres l'année suivante partiront avant l'entrée en vigueur des changements proposés au régime de retraite pour un total de 6400 départs en deux ans.

Par ailleurs, l'intention du gouvernement est d'appliquer les modifications au régime de retraite au 1­er janvier 2017. Cette demande gouvernementale fait toujours l'objet de négociations avec les syndicats.

Quotas demandés

D'autre part, l'Ordre des infirmières craint que les compressions budgétaires compromettent la prestation sécuritaire des soins infirmiers dans les hôpitaux, les CHSLD et les CLSC. L'organisme demande qu'une forme de quotas de patients par infirmière soit mise en place dans les établissements de santé.

«On veut qu'il y ait des lignes directrices, un encadrement. Ce n'est pas un ratio mur à mur. Il peut y avoir des modulations pour tenir compte de plusieurs éléments dont les besoins des patients, de la composition de l'équipe de soins, de l'organisation physique des lieux, du nombre d'admissions sur l'unité de soins, de l'intensité des soins», a expliqué Mme Tremblay.

«Dans d'autres provinces, on s'est doté de ces lignes directrices pour s'assurer qu'il y ait une flexibilité au chevet des malades. C'est important de prendre cette décision maintenant. Il va y avoir des changements importants dans notre réseau de la santé», a-t-elle ajouté.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer