Un million de Québécois ont trouvé un médecin de famille en quatre ans

En dépit du million de Québécois qui ont... (Photo Shutterstock, Pressmaster)

Agrandir

En dépit du million de Québécois qui ont trouvé un médecin de famille, plus de 420 000 personnes étaient toujours en attente d'en avoir un au début de mars, dont près de 38 000 dans la région de la Capitale-Nationale.

Photo Shutterstock, Pressmaster

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Avoir un médecin de famille pour les patients orphelins est encore difficile au Québec. Malgré cela, plus d'un million de Québécois ont réussi à en avoir un depuis quatre ans.

Les données, en date du 10 mars 2015, du ministère de la Santé montrent que 782 887 personnes qui s'étaient inscrites pour avoir un médecin dans un des 96 Centres de santé et de services sociaux (CSSS) ont été dirigées vers un médecin de famille. Dans la région de la Capitale-Nationale, environ 68 300 personnes ont eu accès à un médecin par le guichet d'accès.

À ce cumulatif de patients référés, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) souligne qu'il faut ajouter plus de 200 000 Québécois qui ont été pris en charge par un médecin sans passer par le guichet d'accès pour la clientèle orpheline (GACO) géré par les CSSS.

En dépit de ces avancées, plus de 420 000 personnes étaient toujours en attente d'avoir un médecin de famille au début de mars, dont près de 38 000 dans la région de la Capitale-Nationale. Ces données ont doublé depuis l'an dernier.

Projet ambitieux

À la FMOQ, on estime qu'il faudrait trouver un médecin de famille à 1,2 million de personnes au Québec, en incluant ceux déjà inscrits et non référés, pour atteindre un niveau de 80 % des gens avec un médecin de famille, ce que l'on considère être un seuil acceptable. On reconnaît que le projet est ambitieux. D'autre part, plusieurs personnes ne veulent pas avoir un médecin de famille.

On croit qu'il serait possible d'atteindre le seuil de 80 % avec l'arrivée de nouveaux médecins de famille et de nouvelles mesures dont l'abolition de l'obligation de travailler un minimum d'heures par semaine dans un hôpital pour les jeunes médecins. Cette exigence qui est unique au Canada avait été mise en place au cours des années 90 afin d'éviter qu'il manque de médecins dans les urgences. La Fédération entend maintenant plutôt proposer une obligation aux jeunes médecins de travailler un minimum d'heures par semaine dans les cliniques médicales pour prendre en charge des patients.

«L'obligation de travailler dans un hôpital n'a plus sa raison d'être. Et il ne manquera pas de médecins dans les hôpitaux. On reviendra à un meilleur équilibre entre l'hôpital et les cliniques», a commenté récemment au Soleil le Dr Godin.

L'Association des jeunes médecins a estimé que la levée graduelle de l'obligation de travailler dans un hôpital permettrait d'amener

800 médecins à temps plein dans les cliniques.

Supercliniques

D'autre part, une autre mesure proposée sera la mise en place de supercliniques qui ont fait l'objet d'un engagement des libéraux lors de la campagne électorale l'an dernier. Ces supercliniques qui sont inspirées d'une proposition de la FMOQ en 2013 permettraient de rejoindre les gens qui ne veulent pas être inscrits auprès d'un médecin de famille mais qui souhaitent en voir un au besoin.

Le Dr Godin reste confiant que les solutions qui seront présentées au ministre Gaétan Barrette l'amèneront à retirer son projet de loi sur les quotas de patients et les pénalités salariales de 30 %. «Si le ministre balaie ça du revers de la main et continue avec le projet de loi 20, on pourra se questionner sur les vrais objectifs du ministre», a-t-il dit.

Plusieurs sont d'avis que le ministre cherche à réaliser des économies sur le dos des médecins de famille par des pénalités salariales sans réellement chercher à augmenter l'accès à un médecin de famille.

C'est jeudi, en commission parlementaire, que la FMOQ présentera ses solutions pour permettre à plus de Québécois d'avoir un médecin de famille.

30 millions $ en primes

Les primes de 100 $ et de 200 $ pour l'inscription par un médecin d'un patient plus en santé et un patient avec des problèmes de santé souvent chroniques coûtent de 25 à 30 millions $ par année, selon la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ).

Cette somme ne s'ajoute toutefois pas au budget global alloué par le gouvernement à la rémunération des médecins de famille qui dépasse les 2 milliards $ par année. Elle est prise à même cette enveloppe, ce qui n'est pas sans forcer la fédération syndicale à faire certains arbitrages entre ses membres.

«Au début, ça devait coûter 12 millions $ par année dans notre entente. Or, le coût a été de 26 millions $ la première année. Le gouvernement n'a jamais voulu mettre plus que 12 millions $. C'est nous qui avons pris l'argent qui allait ailleurs et qu'on l'a mis là-dedans. La deuxième année, ç'a coûté 31 millions $. Le gouvernement ne voulait pas mettre une cenne de plus non plus. On a dit : on va stopper ça», a fait part un représentant de la FMOQ.

Pour freiner la hausse des dépenses liée aux primes, un plafond de 150 nouvelles inscriptions par année donnant droit à une prime a été mis en place en 2013, du temps du ministre Réjean Hébert, mais après que l'ex-ministre Yves Bolduc eut bénéficié de primes totalisant plus de 200 000 $ pour

1500 patients. En moyenne, un médecin ajoute 50 nouveaux patients par année à sa clientèle.

D'autre part, les primes versées aux médecins qui prennent des patients de collègues de la même clinique qui partent pour la retraite ont été réduites de moitié.

Avec le report des hausses de rémunération des médecins convenu l'an dernier avec le ministre Gaétan Barrette, la FMOQ entend utiliser en priorité les augmentations futures pour la prise en charge de patients orphelins.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer