Réforme Barrette: la CAQ explique sa volte-face

Le député caquiste François Paradis... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le député caquiste François Paradis

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après avoir appuyé le projet de loi 10 du ministre Gaétan Barrette, la Coalition Avenir Québec est maintenant d'un avis contraire.

La CAQ estime que la réforme des structures dans la santé n'annonce rien de bon. «Nous avions voté pour le principe du projet de loi pour éliminer un palier administratif. Mais au bout du compte, quand on regarde le projet de loi dans son ensemble, on ne fait pas tomber grand-chose», a commenté, lundi, le nouveau critique en santé de la CAQ, François Paradis.

À son avis et de celui de plusieurs autres, la loi 10 vient changer le nom des agences de la santé pour celui des centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS). «Donc, le deuxième palier administratif entre le ministère et les établissements est toujours là. Et on a encore le troisième palier qui est formé des 95 Centres de santé et des services sociaux sans conseil d'administration. Finalement, sur le plan de la structure, il n'y a pas vraiment de différence avec la loi 10», a avancé le député de Lévis.

M. Paradis a également déploré la centralisation des pouvoirs dans les mains du ministre de la Santé avec la loi 10. «À la CAQ, nous voulions abolir les agences pour consacrer davantage de ressources dans les services à la population. On ne sent pas que c'est ça qui se passe. On visait la décentralisation en permettant d'approcher la prise de décision du citoyen. À l'inverse, avec le projet de loi qui a été adopté, on centralise davantage le pouvoir entre les mains du ministre. Il décide de tout».

Le député caquiste doute que le gouvernement puisse réaliser les économies projetées de 220 M$ avec la réforme des structures dans la santé. «Est-ce que ces économies seront mangées par des coûts, des risques qu'on n'a pas vu venir, qu'on n'a pas évalués?», a-t-il demandé.

D'autre part, M. Paradis a déploré que le ministre de la Santé n'ait pas livré un plan précis de la mise en place de la réforme de structures. «On ne connaît pas les échéanciers. On demandait des indicateurs de performance, des cibles à atteindre pour pouvoir vérifier si on est sur la bonne voie», a-t-il dit.

Par ailleurs, le Parti Québécois a fait le constat du changement de position du parti de François Legault sur le projet de loi 10. «La CAQ et son nouveau porte-parole, François Paradis, ont finalement constaté l'incapacité du ministre à démontrer l'utilité des nouvelles structures qu'il propose», a fait part Agnès Maltais, leader parlementaire de l'opposition officielle.

Partager

À lire aussi

  • La CAQ doute de la réussite de Barrette

    Santé

    La CAQ doute de la réussite de Barrette

    La Coalition avenir Québec doute que le ministre Gaétan Barrette réussisse à réduire la bureaucratie dans la santé avec l'abolition des agences de la... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer