Ouverture d'une clinique de pédiatrie sociale dans Saint-Romuald

Une équipe médicale et psychosociale pourra recevoir des... (Photo: Photothèque La Presse)

Agrandir

Une équipe médicale et psychosociale pourra recevoir des patients de 0 à 18 ans à raison de deux jours par semaine.

Photo: Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Le Centre de pédiatrie sociale de Lévis, premier établissement du genre à ouvrir ses portes dans la région, prend de l'expansion avec l'ouverture à l'automne d'un point de service du côté ouest du territoire. L'établissement compte ainsi desservir l'an prochain quelque 400 petits patients.

En entrevue au Soleil, Maude Julien, directrice générale et adjointe clinique du centre ouvert il y a cinq ans, explique qu'une nécessité sociale milite pour des services élargis par rapport à une clientèle de plus en plus vulnérable. «Les besoins sont très grands. La clientèle augmente sans cesse», explique-t-elle au sujet de cette nouvelle clinique qui verra le jour dans le secteur de Saint-Romuald. L'équipe médicale et psychosociale pourra y recevoir des patients de 0 à 18 ans à raison de deux jours par semaine.

Régulièrement, les cinq employés du centre doivent composer avec des enfants élevés dans des milieux familiaux dysfonctionnels. La pauvreté joue évidemment un rôle majeur. Les jeunes qui arrivent à l'école avec des problèmes de développement moteur et langagier sont légion. «Nous avons des enfants qui ont vécu de gros traumatismes. Ils ont été victimes de violence physique et verbale, d'abus aussi. Plusieurs ont accumulé des retards qui rend difficile leur entrée à l'école.»

«À cinq ans, il y a des enfants qui n'ont jamais vu de médecin, à part le jour de leur naissance. Des familles vivent en isolement complet, dans un état de pauvreté financière, intellectuelle et sociale», déplore MmeJulien, infirmière de profession et fille du Dr Gilles Julien, instigateur du courant de pédiatrie sociale au Québec, au début des années 90.

«Toute la ville s'y met»

Le Centre de pédiatrie sociale de Lévis, dont le budget oscille autour de 300 000 $, vit essentiellement grâce à la générosité de corporations et de particuliers. Plus de 500 bénévoles voient aussi à la bonne marche des activités. Chaque année, la guignolée et le cocktail dînatoire permettent d'amasser des dons.

Quatre-vingt-onze pour cent des sommes vont directement aux soins aux enfants, explique avec fierté le président du C. A., Yves Beaudoin. «On dit que ça prend un village pour élever un enfant; à Lévis, c'est toute la ville qui s'y met.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer