Barrette ne veut pas de commission parlementaire sur L'Hôtel-Dieu de Québec

La demande du député caquiste de Lévis, François... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

La demande du député caquiste de Lévis, François Paradis, d'entendre différents experts, des médecins et des citoyens sur le projet estimé à 2,6 milliards $ est balayée du revers de la main par le ministre de la Santé.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, n'a aucune envie de placer le déménagement de L'Hôtel-Dieu de Québec sous la loupe des députés à travers une commission parlementaire. 

La demande du député caquiste de Lévis, François Paradis, d'entendre différents experts, des médecins et des citoyens sur le projet estimé à 2,6 milliards $ est balayée du revers de la main par le ministre. 

Il n'est pas question pour M. Barrette d'engorger la commission de la santé et des services sociaux qui a déjà fort à faire avec l'étude du projet de loi 10 sur la réorganisation du réseau et du projet de

loi 20 sur l'accès aux médecins. 

«On a des dossiers beaucoup plus urgents et plus importants à traiter pour l'arrêter et faire une commission qui va simplement servir de faire valoir à la Coalition avenir Québec [CAQ]», a affirmé le ministre Barrette, lundi.

Une étude «fine» des coûts de construction d'un nouvel hôpital à l'Enfant-Jésus est en cours et le ministre n'entend pas la freiner. 

M. Barrette raille d'ailleurs la demande de la CAQ qui, il y a 18 mois, par la voix de son député Éric Caire, «a littéralement déchiré sa chemise en public pour avoir un hôpital neuf». «Ça ne fait pas longtemps, a-t-il insisté. Un an et demi et on s'en va vers l'autre direction? Non.»

Le député caquiste persiste à demander un temps d'arrêt pour bien regarder les chiffres et s'assurer que l'argent soit dépensé de façon optimale. Les évaluations sont passées de 1,7 milliard $ à

2,6 milliards $, et d'autres avancent une facture de 3,2 milliards $. 

«Aura d'improvisation»

M. Paradis craint «l'aura d'improvisation» qui se dégage du dossier depuis quelques jours. Après avoir annoncé une disparition des soins de première ligne à L'Hôtel-Dieu, le ministre Barrette a évoqué le maintien d'une superclinique et la possibilité d'annuler le déménagement si la facture est trop élevée. Il a aussi parlé de conserver des soins longue durée dans le bâtiment historique. 

«On ne peut pas jouer de même à avancer et à reculer, a soutenu M. Paradis. Ce qu'on veut faire, ce n'est pas l'inquisition ou une commission d'enquête. Il n'est pas question de clouer personne au pilori. C'est simplement un exercice de transparence.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer