La CAQ ignore si c'est une bonne idée de fermer L'Hôtel-Dieu de Québec

«Ce que je comprends, a évoqué le député... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

«Ce que je comprends, a évoqué le député caquiste François Paradis, c'est que les urgences au Québec sont pleines partout et débordent. Est-ce qu'on peut maintenant dire qu'avec cette voie d'avenir, il n'y a plus de souci, on ne fera plus de santé [dans le Vieux-Québec]? Je ne le sais pas. J'ai de la misère avec ça.»

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Sorel-Tracy) Le critique en santé de la Coalition avenir Québec n'a pas d'opinion sur le projet de fermer L'Hôtel-Dieu de Québec pour faire place à un mégahôpital pour la capitale, aménagé à même l'Enfant-Jésus. Pour l'instant, François Paradis n'a que des questions.

À la dernière journée du caucus qui réunit les 22 députés caquistes à Sorel-Tracy, en Montérégie, M. Paradis a plaidé que trop d'éléments lui sont inconnus pour qu'il commente l'idée de mettre fin éventuellement à toutes activités cliniques du vieil établissement situé dans le Vieux-Québec.

En entrevue au Soleil, le ministre Gaétan Barrette a précisé, lundi, que «L'Hôtel-Dieu ne deviendra pas ce qui a été dit dans le passé. Ce sera quelque chose, mais pas un hôpital». Il a affirmé que la rénovation et le réaménagement ne coûteront pas plus que 2,6 milliards $.

François Paradis, qui représente la circonscription de Lévis depuis octobre, a fait valoir «que je n'ai pas les plans de match du ministre. Ils sont sur son bureau à lui». Il a refusé de commenter l'annonce de la fin de la vocation hospitalière de L'Hôtel-Dieu.

«Il va d'abord clarifier ce que va coûter l'Enfant-Jésus. On a tellement tout entendu», des évaluations qui ont été, au fil des ans, de 1 milliard $ à 3,5 milliards $, selon M. Paradis.

«Si on arrive à 2,3 milliards $, aura-t-on diminué les services? Et on parle de L'Hôtel-Dieu qui ne servira plus. On décide d'un plan à venir alors que l'hôpital n'est même pas là.

«Ce que je comprends, a évoqué l'ancien animateur à la télévision, c'est que les urgences au Québec sont pleines partout et débordent. Est-ce qu'on peut maintenant dire qu'avec cette voie d'avenir, il n'y a plus de souci, on ne fera plus de santé [dans le Vieux-Québec]? Je ne le sais pas. J'ai de la misère avec ça.

M. Paradis n'a pas voulu répondre si l'offre de soins de santé de première et deuxième ligne doit être maintenue à l'intérieur de murs du Vieux-Québec. «Est-ce qu'on sera capable avec le nouveau centre hospitalier de répondre à tous les besoins en santé? Est-ce que la fermeture fera en sorte qu'il y aura un manque» à ce sujet?

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer