Nouvel hôpital à l'Enfant-Jésus: des délais d'attente raccourcis

Les médecins, professionnels et gestionnaires du CHU de... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Les médecins, professionnels et gestionnaires du CHU de Québec qui ont participé au cours des derniers mois à des rencontres pour définir l'hôpital idéal à l'Enfant-Jésus La construction d'un grand hôpital à l'Enfant-Jésus espèrent réduire les délais d'attente et les nombreux déplacements de patients à l'intérieur de l'établissement.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) La construction d'un grand hôpital à l'Enfant-Jésus permettra de réduire les délais d'attente et les nombreux déplacements de patients à l'intérieur de l'établissement.

C'est un des principaux objectifs des médecins, professionnels et gestionnaires du CHU de Québec qui ont participé au cours des derniers mois à des rencontres pour définir l'hôpital idéal à l'Enfant-Jésus.

Selon le Dr Richard Desbiens, chef du service de la neurologie à l'Enfant-Jésus, les nombreux déplacements - ce qu'on appelle les trajectoires - que doivent subir actuellement des patients à l'intérieur de l'hôpital n'ont aucun sens. Ces déplacements sont souvent causés par l'éloignement de certains plateaux techniques, dont les blocs opératoires, les salles d'imagerie médicale. 

«Dans un vieil hôpital, si la médecine nucléaire est allée au sous-sol, c'est parce qu'il n'y avait de plancher pour supporter le poids de l'appareil. Ça s'est construit de façon raboudinée», a-t-il illustré.

De plus, depuis des années, bien des patients à l'Enfant-Jésus doivent être amenés à L'Hôtel-Dieu pour traiter des tumeurs au cerveau en radiothérapie dans des conditions difficiles. En déménageant les services de L'Hôtel-Dieu dans Limoilou, ces inconvénients disparaîtront. 

«Ce sont des cas extrêmes. Ça arrive 100 fois par année. C'est le patient qui part de l'Enfant-Jésus avec une boîte de métal vissée sur la tête pour avoir de la radiothérapie ultraprécise. Il part avec cet accoutrement à L'Hôtel-Dieu et revient après à l'Enfant-Jésus. Ce sont des trajectoires qui n'ont plus de sens», a affirmé le Dr Desbiens.

D'autres problèmes en vue

Il n'en reconnaît pas moins que la taille imposante qu'aura le nouvel hôpital pourrait créer d'autres problèmes. «Ça va être un gros contrat. Il ne faut pas que ça devienne une tour de Babel. Il faut que la personne qui recevra des soins là-dedans s'y retrouve. Il ne faut pas qu'elle ait l'impression que ça va être gros comme le Centre Bell à Montréal et qu'elle ait l'impression d'être au Centre Bell. Donc, il faut garder la dimension humaine dans tout ça», a dit le neurologue.

Par ailleurs, un des responsables du projet du nouvel hôpital a assuré que les coûts du projet sont toujours ceux prévus lors de l'annonce à l'automne 2013, soit 2,1 milliards $. On prévoit toujours ouvrir les nouveaux services de radiothérapie d'ici la fin de 2019 et compléter le projet en 2025 avec plus de 700 chambres. Il est toutefois possible que le nombre de salles d'opération, soit entre 28 et 32 au départ, soit réduit en ouvrant les salles le samedi et en allongeant les heures en semaine.

Avant les Fêtes, Québec a débloqué une somme de 30,3 millions $ pour l'élaboration du concept ou du plan technique et fonctionnel du futur hôpital. Ce travail sera complété au début de 2016. Par la suite, ce sera l'étape des plans et devis.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer