Deux équipes de médecins veulent s'installer en Basse-Ville

Il faudra attendre quelques mois avant que les... (Photo Shutterstock)

Agrandir

Il faudra attendre quelques mois avant que les volontaires qui veulent pratiquer enn Basse-Ville et Limoilou obtiennent leur accréditation de groupe de médecine familiale.

Photo Shutterstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'Agence de la santé de la Capitale-Nationale est en train de réorganiser les services médicaux dans la Basse-Ville et Limoilou. Deux équipes de médecins espèrent y ouvrir chacun un nouveau groupe de médecine familiale (GMF).

Voilà qui fera plaisir aux citoyens de ces quartiers en manque de médecins. Depuis plus d'un an, les difficultés d'accès aux soins de santé dans ces secteurs rebondissement régulièrement dans les médias.

En novembre, un appel avait été lancé pour trouver des praticiens motivés à s'installer au centre-ville, rappelle l'adjoint à la direction générale de l'Agence de la santé, René Bouchard. Deux propositions ont été déposées.

Les projets ne sont pas encore ficelés. Inutile d'appeler pour obtenir un rendez-vous. L'Agence de la santé et le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la Vieille-Capitale évaluent qu'il faudra encore quelques mois pour que les volontaires peaufinent leur dossier et obtiennent leur accréditation de GMF.

«[Voilà qui] permettra d'offrir davantage de services à un plus grand nombre de personnes, notamment, celles aux prises avec des problèmes de santé chroniques, sans médecin de famille, qui vivent des réalités familiales et socioéconomiques qui nécessitent des services adaptés à leurs besoins», note l'adjointe à la direction générale du CSSS, Suzanne Péloquin, dans un communiqué reçu vendredi.

Entre-temps, il sera cependant toujours possible de visiter le Centre médical Saint-Vallier, rue Montmagny. Le service sans rendez-vous de cette clinique a failli disparaître. Les autorités ont toutefois conclu une entente pour le maintenir le temps que les autres projets se concrétisent.

Le Centre médical Saint-Vallier, de la rue Montmagny, ouvrira donc ses portes à toute la population, pas seulement à ses patients, jusqu'à la fin du printemps. Les malades qui n'ont pas de médecins de famille, ou dont le doc n'est pas disponible, pourront s'y présenter tant les jours de semaine que la fin de semaine. Sans rendez-vous.

Rassemblement samedi

Quoiqu'il semble y avoir de la lumière à l'horizon, des citoyens du quartier organisent un rassemblement populaire samedi, devant le Centre médical Saint-Vallier. Même si d'autres cliniques pourraient ouvrir en Basse-Ville et dans Limoilou, il est important de conserver le «sans rendez-vous» dans Saint-Sauveur, avance Nathalie Côté, membre du Comité sans rendez-vous et coordonnatrice du journal Droit de parole. Les clientèles défavorisées ne sont pas toutes en mesure de se déplacer à quelques kilomètres pour consulter, selon elle.

Mme Côté se réjouit que l'Agence de la santé se soit assurée que ce GMF garantisse le service sans rendez-vous jusqu'en mai. Mais elle souligne qu'aucune solution à long terme n'a été trouvée pour sauver ce centre médical de la Basse-Ville.

«On ne laissera pas tomber». Afin de maintenir la pression sur le ministère de la Santé, Mme Côté convie les habitants du secteur samedi, à 13h, devant le 205, rue Montmagny.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer