Fuite malodorante à L'Hôtel-Dieu de Québec

Des bâches et une poubelle ont été placées... (Photo collaboration spéciale Annie Mathieu)

Agrandir

Des bâches et une poubelle ont été placées pour recueillir l'eau qui dégôute du plafond.

Photo collaboration spéciale Annie Mathieu

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Bâches, moisissures au plafond qui dégoûte, poubelle remplie à ras bord et forte odeur d'humidité: le corridor menant au pavillon de radio-oncologie de L'Hôtel-Dieu de Québec, où circulent patients et personnel, avait des airs de tiers-monde cette semaine en raison d'une fuite de vapeur d'eau en provenance du système de chauffage. L'établissement promet que le tout sera réglé rapidement.

La moisissure a laissé des traces évidentes au... (Photo collaboration spéciale Annie Mathieu) - image 1.0

Agrandir

La moisissure a laissé des traces évidentes au plafond de ce corridor qui mène au pavillon de radio-oncologie de L'Hôtel-Dieu de Québec, répandant également une forte odeur d'humidité.

Photo collaboration spéciale Annie Mathieu

C'est un de ses usagers qui a mis la puce à l'oreille du Soleil, comparant l'état des lieux à celui d'un hôpital d'«un pays du tiers-monde». Vendredi matin, une seule bâche était toujours en place dans l'étroit corridor qui permet d'accéder au pavillon Carlton-Auger à partir de l'entrée principale, où se situent les soins en radio-oncologie.

De la toile jaune s'écoulaient des gouttes d'eau en provenance du plafond mal en point. De nombreuses taches de moisissures brunes et des morceaux de ruban adhésif complétaient son tableau alors qu'une poubelle a été installée au milieu du corridor pour recueillir la fuite. Au moment de la visite du Soleil, la poubelle était remplie de débris, donnant l'allure d'un véritable chantier. Les patients et les travailleurs de l'établissement empruntent ce passage qui est demeuré accessible au cours de la semaine.

Travaux retardés en raison du froid

La porte-parole du CHU de Québec, Geneviève Dupuis, explique que le problème s'est déclaré lundi. Mais, puisqu'il concerne le chauffage et que le mercure a chuté dramatiquement au-dessous de zéro cette semaine, il était inconcevable de l'arrêter pour procéder aux travaux. Ceux-ci devaient s'amorcer vendredi soir après les derniers rendez-vous prévus avec les patients, puisque le temps devait être plus clément.

«Il n'y a rien de dangereux», a assuré Mme Dupuis, convenant cependant que la scène n'était pas particulièrement agréable au regard. L'odeur d'humidité n'est pas non plus inquiétante, puisque le tout est aéré à l'aide d'un gros ventilateur, a-t-elle fait valoir.

La porte-parole soutient que l'âge avancé de L'Hôtel-Dieu n'est pas en cause, puisque ce genre d'incident peut survenir autant dans un vieux que dans un nouvel immeuble. Aucune rénovation n'est prévue dans le secteur, puisque les soins en radio-oncologie font partie du nouveau projet de l'Enfant-Jésus.

Les réparations sont considérées comme un simple «maintien d'actif», souligne la porte-parole, qui ajoute que de 3 à 4 millions $ sont investis par année pour ce type de travaux et pour la rénovation dite «fonctionnelle», qui comprend des changements d'équipement. Notre source déplore plutôt un maintien «sous respirateur artificiel» au détriment des patients, qui verra l'état de l'hôpital se dégrader davantage d'année en année.

Par ailleurs, le projet de mégahôpital à l'Enfant-Jésus «avance bien», alors que l'étape des plans fonctionnels et techniques s'amorce, explique Geneviève Dupuis.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer