Régime public d'assurance: des milliers de Québécois se privent de médicaments

Selon des Associations coopératives d'économie familiale, la solution... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Selon des Associations coopératives d'économie familiale, la solution repose dans la mise en place d'un seul régime universel d'assurance médicaments, qui permettrait de faire des économies d'échelle importantes dans les achats groupés de médicaments.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Même avec l'assurance médicaments publique, des dizaines de milliers de Québécois ne sont pas en mesure de payer leurs ordonnances, selon une enquête menée par cinq associations coopératives d'économie familiale (ACEF).

«Souvent on pense, parce qu'on a un régime public d'assurance médicaments au Québec, qu'il n'y a pas de problèmes. Mais nous, on en voit, des problèmes sur le terrain. On voit encore des gens qui ont de la difficulté à acheter leur médication», a affirmé, jeudi, au Soleil, Mélanie Rioux, conseillère budgétaire à l'ACEF de la Rive-Sud de Québec.

«Ce qu'on nous dit en consultation budgétaire, c'est qu'ils ne prennent plus leurs médicaments parce qu'ils n'ont pas les moyens de les payer. Des gens s'endettent pour payer leurs médicaments. Des fois, certains nous disent qu'ils coupent la posologie en deux. Ça frappe quand tu entends ça. Pour moi, c'est aussi important que de manger. Quand on a un médicament à prendre, c'est parce que ça doit être important de le prendre», a ajouté Mme Rioux.

Des gens avec un revenu de22 000 $ par année doivent payer une prime de 611 $ et une coassurance pouvant atteindre plus de 1000 $ par année dans le régime public, à raison d'un maximum de 83,33 $ par mois actuellement.

La conseillère n'a pu toutefois donner un nombre précis de personnes qui doivent se priver ou limiter leur consommation de médicaments. Toutefois, elle croit que les données recueillies lors des consultations budgétaires sont révélatrices des difficultés de nombreuses personnes.

«On a analysé 1954 dossiers de consultation budgétaire dans cinq régions la dernière année. Il y a 75 dossiers qu'on a jugés problématiques. Ça représente 4 % des cas étudiés. Ça peut paraître peu, mais par rapport aux trois millions de personnes couvertes par l'assurance médicaments publique, ça commence à être beaucoup de monde. En plus, il y a plein de gens qui ne viennent pas nous consulter et qui vivent ces problèmes», a souligné Mme Rioux.

Hausses collatérales

par ailleurs, la non-prise de médicaments peut entraîner une hausse des coûts du système de santé par des visites plus fréquentes à la clinique médicale et des hospitalisations, en plus de nuire à la santé des personnes, a avancé la conseillère budgétaire.

La solution serait, selon les ACEF, la mise en place d'un seul régime universel d'assurance médicaments au Québec qui permettrait des économies importantes dans l'achat regroupé des médicaments. On pense que ces économies permettraient aux gens d'avoir des médicaments à un meilleur prix.

Mme Rioux réfute l'impression qu'ont certaines personnes voulant qu'un seul régime ferait en sorte qu'elles paieraient pour les autres. «Je ne vois pas pourquoi on paierait plus pour les autres. Je pense plus qu'on va payer moins avec un régime entièrement public et un contrôle des coûts. Actuellement, il n'y a pas de contrôle des coûts des médicaments et on paye toujours plus cher», a-t-elle affirmé.

De plus, elle estime que la mise en place d'un seul régime permettra d'éliminer des iniquités. «Présentement, les médicaments sont gratuits pour les enfants de moins de 18 ans d'un employé couvert par le régime public alors qu'il faut payer une prime familiale dans une entreprise couverte par un régime privé», a déploré la conseillère budgétaire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer