Les acteurs d'Hunger Games se mobilisent contre Ebola

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

La vedette américaine du cinéma Jennifer Lawrence apparaît aux côtés d'autres acteurs dans une vidéo où ils appellent aux dons pour lutter contre le virus Ebola.

Cette vidéo invite aussi les Américains à se focaliser sur les ravages de l'épidémie en Afrique de l'Ouest plutôt que sur leur crainte d'être contaminés par le virus chez eux.

L'actrice de 24 ans, déjà lauréate d'un Oscar, a fait équipe avec ses partenaires du film à succès «Hunger Games: la révolte, partie 1» pour cette vidéo de près de deux minutes en faveur du fonds de survie pour Ebola.

Au 22 décembre, souligne ce film, aucun des huit Américains ayant contracté le virus et soignés aux États-Unis n'est mort, tandis que «dans certaines zones d'Afrique de l'Ouest seuls 20% (des malades) survivent».

Selon l'Organisation mondiale de la Santé, Ebola a causé en un an près de 7.900 morts sur un total d'un peu plus de 20.000 cas enregistrés, à 99% au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée.

«Au Liberia, il n'y avait que 50 médecins pour 4,4 millions de personnes» affirme l'acteur Josh Hutcherson dans la vidéo, avant de dire à Jennifer Lawrence: «je sais ce qui t'arriverait si tu avais Ebola».

«Je m'en sortirais», répond-elle.

Les acteurs Mahershala Ali, Liam Hemsworth, Julianne Moore et Jeffrey Wright, tous à l'affiche de «Hunger Games», apparaissent également dans le petit film où le principal message vient d'un professeur de l'école de médecine de Harvard et cofondateur de la société Partners in Health, Paul Farmer, connu pour son travail humanitaire dans les pays en développement.

Les malades d'Ebola en Afrique de l'Ouest ont un besoin urgent de fluide d'intraveineuse, d'électrolytes, de nourriture et de «beaucoup plus de professionnels ouest-africains bien formés».

«Avec des soins de qualité, la grande majorité des gens d'Afrique de l'Ouest survivront à Ebola», insiste-t-il.

Deux décès liés à Ebola ont été enregistrés aux États-Unis, mais les patients n'étaient pas Américains: l'un était natif du Liberia, l'autre de Sierra Leone.

Le mois dernier d'autres vedettes du septième art dont Ben Affleck, Matt Damon, Morgan Freeman ou le Français Vincent Cassel étaient apparus dans un autre film commandité par l'organisation fondée par le chanteur Bono et dont le slogan était «parler ne vaut rien. Il est temps d'agir».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer