Saint-Augustin-de-Desmaures: le maire a subi un malaise

Le maire Marcel Corriveau... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Le maire Marcel Corriveau

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Victime d'un malaise, le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Marcel Corriveau, a été transporté d'urgence en ambulance le 24 décembre. Il a obtenu son congé de l'hôpital le lendemain, le jour de Noël. Son état de santé pourrait maintenant déterminer son avenir politique, alors qu'il est au coeur d'un bras de fer avec la Ville de Québec concernant les frais d'agglomération.

Le directeur général de la municipalité, Robert Doré, a confirmé la nouvelle lundi, en entrevue au Soleil. «Il a eu un malaise le 24 décembre au soir. [...] Je lui ai parlé ce matin. Ça allait très bien. Il était rassuré de me parler», a-t-il indiqué. «Il a passé la nuit à l'hôpital pour un certain nombre d'examens. Il doit passer d'autres examens médicaux dans les six prochains jours.»

M. Doré ne cache pas que le dernier automne a été difficile pour tout le monde à la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures, et en particulier pour le maire âgé de 65 ans. «Quand une personne vit une grosse période de stress, quand tu es dedans, tu ne t'en rends pas toujours compte. Tu roules et tu ne poses pas de question. Mais la journée où tu t'assoies chez vous, la fatigue retombe. Et c'est ce qu'on pense qui est arrivé quand on se parlait ce matin. Le corps a besoin de repos.» Il a aussi rappelé que le maire est impliqué en politique depuis 30 ans. «Ça a peut-être grugé une partie de sa santé. [...] Il a une famille, des petits-enfants...»

Prendre du repos

Le directeur général a conseillé au maire de prendre tout le repos nécessaire avant de revenir au travail. Si l'hôtel de ville rouvre ses portes le 5 janvier, M. Corriveau ne devrait revenir qu'à la fin du mois. Mais un retour est conditionnel aux résultats des tests de santé, au dire de M. Doré. «C'est certain qu'on va avoir une bonne discussion ensemble avant qu'il prenne une décision.»

Le maire a tenu des propos similaires lundi. «On verra dans les prochaines semaines comment ça va se dérouler. Évidemment, si tout se passe correctement, je vais essayer de continuer et mener à bon port le projet que j'entrevois pour Saint-Augustin. Sinon, on verra», a-t-il affirmé en entrevue à Radio-Canada. «J'ai eu un problème de santé. Ma conjointe a été opérée également récemment pour des pontages [...] Alors, évidemment on va penser d'abord à nous deux et on va penser à la famille.»

Automne émotif

Il faut dire que la tension a été particulièrement forte à Saint-Augustin-de-Desmaures cet automne. Après avoir pris connaissance du budget de la Ville de Québec début décembre, le maire Corriveau avait fait une sortie publique émotive pour dénoncer la hausse de la quote-part à verser par son administration à l'agglomération.

Ce montant se situe à 24 millions $ pour 2015, une augmentation de 111 % depuis 2008, et plus de 50 % du budget de la Ville. La situation est décriée par le maire depuis plusieurs mois, même avant la nouvelle augmentation.

«C'est un jour noir pour les municipalités qui font partie de l'agglomération de Québec», avait-il laissé tomber devant la presse le 8 décembre, en ravalant des pleurs. «La structure de l'agglomération ne fonctionne pas et ne fonctionnera jamais. [...] Ce n'est tout simplement plus gérable. Cette farce a assez duré.»

Pour pallier l'augmentation de la quote-part, M. Corriveau a renvoyé, «avec dégoût», la facture à ses citoyens, annonçant une hausse moyenne de taxes de 25 % au budget 2015.

Il a depuis menacé de quitter son poste si la situation ne se réglait pas, mais a obtenu un appui inconditionnel de plusieurs Augustinois.

Agglomération: toujours pas de rencontre prévue

Le directeur général de Saint-Augustin-de-Desmaures, Robert Doré, a de nouveau interpellé lundi le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, et le député de Louis-Hébert, Sam Hamad, pour dénouer l'impasse qui règne au sein de l'agglomération. «Ce serait bien d'avoir un coup de fil du ministre Moreau pour fixer une date [de rencontre] pour savoir où on s'en va là-dedans.»

Toutefois, le cabinet du ministre Moreau n'a toujours aucune rencontre de prévue avec les maires de l'agglomération, soit Marcel Corriveau, Régis Labeaume et Émile Loranger. Le ministre a déjà fait savoir qu'il souhaitait apaiser les tensions de Québec et qu'une rencontre au sommet aurait lieu début 2015. Un porte-parole n'a pu préciser, lundi, quand ces pourparlers auraient lieu, n'avançant qu'un vague «janvier ou février».

Pendant ce temps, un groupe citoyen grossit ses rangs et maintient la pression sur les libéraux Pierre Moreau et Sam Hamad. Ce dernier est particulièrement interpellé, étant responsable de la région de la Capitale-Nationale et député de Louis-Hébert depuis de nombreuses années. «Une mobilisation» est en marche sur les réseaux sociaux, sous le nom de 25pourcent.com, un clin d'oeil à la faramineuse hausse de taxes annoncée aux Augustinois tout juste avant les Fêtes.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer