Projet de loi 20: salaires réduits pour médecins peu assidus

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette... (Photothèque La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette

Photothèque La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre de la Santé Gaétan Barrette sort «un petit bâton de rien du tout» et pénalisera financièrement les médecins de famille ne prenant pas assez de patients ou ne les voyant pas assez souvent.

Gaétan Barrette a dévoilé vendredi les grandes lignes du projet de loi 20 visant entre autres à améliorer l'accès aux médecins de famille au Québec.

Selon le ministre, les médecins de famille ne prennent pas assez de patients sous leur aile. Et ils ne les accueillent pas assez souvent dans leurs bureaux, reléguant les patients dans les urgences bondées.

Désormais, les médecins de famille devront améliorer leur bilan. Ou ils verront leur salaire réduit. «C'est un petit bâton de rien du tout... C'est un bâton incitatif. Alors, c'est un bâton qu'on voit arriver. Vous savez, un bâton, ça fait mal quand on ne le voit pas venir. Alors là, actuellement, ils le voient arriver. Et là, il y a une décision adulte, un consentement éclairé, qui doit être pris. Le bâton s'en vient. Décision : j'accepte de me faire frapper, ou bien je change mon profil de pratique?» a résumé le ministre de la Santé.

Deux critères seront utilisés pour évaluer l'assiduité d'un médecin. Ce dernier devra prendre en charge un minimum de patients. Il devra également les rencontrer plus souvent que ses collègues urgentologues. Par exemple, un médecin de famille accueille un patient une fois par année. Mais ce dernier se rend aussi quatre fois à l'urgence pour voir un autre médecin. Au final, le médecin de famille aura assumé le cinquième du service et aura un piètre bulletin de 20 %. Il subira des pertes financières.

À l'inverse, un médecin de famille dont le patient est venu à trois rencontres dans l'année, sans jamais se rendre à l'urgence pour le même service, aura droit à une note parfaite de 100 %. La fréquentation des urgences deviendra donc un critère incontournable dans l'évaluation des médecins de famille. Gaétan Barrette n'y voit pas une façon de punir les médecins pour des actions prises par leurs patients. «La population ne demande pas d'aller à l'urgence. La population demande d'avoir accès à son médecin de famille», assure le ministre de la Santé.

«On dit aux médecins : ou bien vous changez vos profils de pratique, vos façons de fonctionner, ou bien vous avez effectivement une diminution de votre rémunération», poursuit le ministre libéral. «Si vous changez vos profils de pratique, vous avez accès à une pleine rémunération, et le citoyen s'en trouve favorisé.»

Les médecins de famille dévoués et consacrés à temps plein à leurs patients n'y perdront pas au change, avance le ministre. «La question n'est pas de punir qui que ce soit», insiste-t-il. «Ce n'est pas une question de punition. C'est une question de responsabilité sociale.»

Gaétan Barrette reconnaît au passage que l'ère d'offrir des primes aux médecins de famille en fonction de leur volume de pratique est révolue. «La problématique de l'accès à la première ligne ne peut plus passer par des incitatifs, ne peut plus passer par des dépenses supplémentaires.»

L'opposition dénonce

Le Parti québécois a dénoncé hier le projet de loi du ministre Barrette, se questionnant sur le lien entre le volume de pratique et la qualité des soins. «Le volume n'est pas garant nécessairement des résultats thérapeutiques pour le patient», a soutenu la porte-parole péquiste en matière de santé, Diane Lamarre.

La Coalition avenir Québec a reproché au ministre Barrette un contrôle excessif de la pratique des médecins de famille. «C'est à notre avis un projet de loi qui va beaucoup trop loin. C'est ni plus ni moins qu'une mise en tutelle des médecins omnipraticiens par le ministre de la Santé, ce qui n'est absolument pas nécessaire», a déclaré le porte-parole Éric Caire. «On utilise un canon pour tuer une mouche.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer