Barrette favorable à une hausse des frais pour le transport ambulancier

Le ministre Gaétan Barrette ne s'est pas avancé... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le ministre Gaétan Barrette ne s'est pas avancé sur la formule qui permettrait de moduler les tarifs imposés pour l'utilisation d'une ambulance.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, est favorable à une hausse des frais pour le transport ambulancier qui mettrait fin à la gratuité pour les 65 ans et plus.

Le rapport du Comité national sur les services préhospitaliers d'urgence, rendu public récemment, trouve un écho favorable auprès du ministre de la Santé. La fin de la gratuité pour les aînés pourrait rapporter 30 millions $ aux coffres de l'État.

«La tarification sur les transports ambulanciers au Québec est restée fixe pendant les 17 dernières années, a noté le ministre Barrette, mardi. Je suis de ceux qui pensent que les tarifs gouvernementaux devraient toujours être au moins indexés. Il y a une réflexion actuellement sur cet élément, et certainement qu'il y aura une modulation des tarifs des transports ambulanciers.»

Le ministre ne s'est pas avancé sur la formule qui permettrait de moduler les tarifs imposés pour l'utilisation d'une ambulance. Une modulation selon les revenus apparaît problématique, a-t-il noté. Mais le comité a proposé que les personnes qui reçoivent le supplément de revenu garanti soient exemptées de frais.

Mais clairement, le ministre Barrette penche en faveur de la fin de la gratuité pour les 65 ans et plus. «Lorsqu'on se compare au reste du Canada, les personnes âgées aussi ont un tarif qu'ils doivent payer pour les transports ambulanciers, souligne le ministre Barrette. Quand on regarde notre situation en général, nous avons les tarifs les plus bas, et de loin. Je pense que c'est l'heure de revoir ça.»

Le transport en ambulance est actuellement gratuit pour une personne de 65 ans et plus dans la mesure où son médecin évalue que son état de santé le justifie. Des frais sont par contre exigibles si le transport se fait vers une clinique ou un CLSC.

La commission Robillard, qui a déposé ses premières recommandations dimanche, a abondé dans le même sens que le comité national. Elle a aussi suggéré que les frais de base pour un transport soient majorés de 124 $ à 174 $ et que le tarif additionnel par kilomètre passe de 1,75 $ à 2,95 $.

Plus de transparence

D'après le comité national, d'autres économies pourraient être générées si les entreprises ambulancières étaient plus transparentes avec leurs informations financières et si les véhicules étaient conservés plus longtemps. Une absence de culture de performance et d'imputabilité a été observée dans le rapport.

Une pétition a circulé l'année dernière en faveur d'une nationalisation des services ambulanciers d'urgence au Québec.

Le comité a été mis sur pied en 2013 par le précédent ministre de la Santé, Réjean Hébert, qui a constaté une forte hausse des coûts du transport ambulancier d'urgence. La facture pour le gouvernement du Québec s'élève à 500 millions $.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer