Une assurance médicaments publique pour tous réduirait les coûts pour l'État

Un deuxième rendez-vous national sur l'avenir du système... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Un deuxième rendez-vous national sur l'avenir du système public de santé aura lieu en décembre à Québec.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La mise en place d'une assurance médicaments publique pour tous les Québécois - et la fin des régimes privés d'assurance médicaments - est vue comme une des principales solutions à la crise des finances publiques par des responsables du réseau de la santé.

Cette avenue sera discutée lors d'un deuxième rendez-vous national sur l'avenir du système public de santé qui aura lieu en décembre à Québec. On croit qu'une seule assurance médicaments permettrait de réduire considérablement les coûts pour l'État. Il sera aussi question de modifier le mode de rémunération des médecins afin de l'aligner sur les résultats.

Ces échanges surviendront dans une période où le gouvernement Couillard devrait avoir reçu les premières recommandations de la Commission de la révision des programmes dont le mandat est de réduire les programmes gouvernementaux d'une somme de 3,2 milliards $ par année. Plus de 250 représentants de corporations professionnelles, de syndicats, de médecins, de gestionnaires sont attendus à ce forum.

Selon la directrice générale de l'Association québécoise des établissements de santé et de services sociaux (AQESSS), les grands acteurs du réseau de la santé reconnaissent que le gouvernement ne pourra augmenter le budget de la santé dans les circonstances actuelles. 

«Tant mieux s'il y a plus d'argent investi mais tous les acteurs qui étaient au premier rendez-vous ont fait le constat qu'il n'y aura pas d'argent additionnel destiné à la santé. On devra composer avec le budget actuel de 37,5 milliards $. Tout le monde a compris qu'on a atteint un seuil maximal», a affirmé, mardi, au Soleil, Diane Lavallée.

«La question sera de savoir comment mieux gérer, mieux organiser notre système de santé à l'intérieur des budgets actuels pour mieux répondre aux besoins de la population. On pense que c'est possible de faire mieux avec les mêmes budgets», a-t-elle ajouté.

Ces propos tranchent avec les positions antérieures de plusieurs organismes. Par le passé, les établissements, les syndicats et les médecins ont toujours réclamé des hausses de budget soutenant qu'à défaut, il y aurait des diminutions de services.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer