Hausse du tabagisme chez les jeunes adultes

La cigarette électronique est populaire auprès des jeunes.... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La cigarette électronique est populaire auprès des jeunes.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le taux de tabagisme stagne autour de 20 % chez les jeunes, selon un sondage commandé par le Réseau du sport étudiant du Québec. Chez les nouveaux adultes, l'usage de la cigarette et autres produits de même acabit serait même en croissance : au début de la vingtaine, près du tiers fument.

Le responsable des programmes Vie saine au RSEQ, Philippe Jacques, brandit les résultats livrés par la firme Léger pour le compte du projet antitabagique De Facto. À 20 ans, 21 ans, 31 % des répondants ont admis fumer régulièrement ou à l'occasion. Une statistique en augmentation, déplore-t-il.

Dans tout le groupe ciblé pour cette étude, soit les 12 à 24 ans, un jeune sur cinq fume. Pourquoi? Près de la moitié a commencé pour essayer, tout simplement. Plusieurs autres ont allumé une cigarette pour imiter des parents ou des amis.

Même si la Loi sur le tabac a été resserrée en 2005 pour contraindre l'industrie, celle-ci maintient son marché, déplore M. Jacques. «Elle réussit à contourner la loi pour toujours recruter de nouveaux fumeurs.»

M. Jacques dénonce les stratégies publicitaires des fabricants qui auraient mis en marché de produits destinés aux jeunes. On vend le tabac dans des emballages plus attrayants aux formes rappelant un appareil électronique ou du maquillage, dit-il. Et on ajoute des saveurs artificielles de fruits ou de chocolat à des cigarettes et de petits cigares. «C'est un produit d'initiation par excellence.»

Les produits aromatisés attirent beaucoup; plus du tiers des Québécois de 12 à 24 ans les ont testés. Chez les plus vieux, au début de la vingtaine, près de 60 % auraient déjà fait l'essai de tabac avec une saveur ajoutée, selon l'étude commandée par le RSEQ.

Cigarette électronique

La cigarette électronique est aussi populaire, quoiqu'on ne puisse affirmer que celle-ci ouvre la voie à la consommation de cigarette traditionnelle. Le quart des jeunes interrogés l'ont déjà essayée. Et ils la jugent moins nocive que le tabac.

Mais même s'ils sont nombreux à succomber aux cigarettes et autres produits du tabac, les jeunes ont une perception négative très tranchée de cette industrie. La vaste majorité juge ces produits «inutiles et dangereux», pense que les fabricants «vendent des produits qui tuent» et que ces entreprises «sont coupables de créer une dépendance à un produit toxique».

Suivant cette prise de position, les jeunes répondants évaluent que le gouvernement devrait interdire le développement de nouveaux produits du tabac, uniformiser l'aspect visuel des paquets, faire cesser l'ajout de saveurs au tabac et proscrire la vente de cigarettes électroniques aux mineurs.

La firme Léger a distribué un questionnaire par Internet auquel ont répondu 1009 Québécois et Québécoises de 12 à 24 ans. Les candidats ont été choisis parmi un groupe de volontaires constitué par l'entreprise. Les résultats sont ensuite ajustés, pondérés, pour être plus représentatifs de la population réelle telle que détaillée durant le recensement de Statistique Canada. On ne peut établir de marge d'erreur pour les sondages réalisés ainsi.

Partager

À lire aussi

  • La révision de la Loi sur le tabac attendra

    Santé

    La révision de la Loi sur le tabac attendra

    La révision de la Loi sur le tabac, qui est inchangée depuis 2005, attendra la prochaine session parlementaire, croit la ministre déléguée à la Santé... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer