Ebola: le Québec n'était pas prêt à gérer une crise il y a «trois semaines»

Près de 5000 personnes ont perdu la vie... (AP, Abbas Dulleh)

Agrandir

Près de 5000 personnes ont perdu la vie depuis le début de l'épidémie, en décembre 2013, selon l'Organisation mondiale de la santé.

AP, Abbas Dulleh

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

(Québec) Bien que l'épidémie de virus Ebola sévissait depuis des mois en Afrique et que l'Organisation mondiale de la santé craignait déjà une crise mondiale, la Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale admet que les autorités sanitaires du Québec n'étaient pas prêtes à faire face à un cas potentiel il y a à peine «trois semaines ou un mois».

Le premier cas de fièvre hémorragique en Amérique du Nord a été diagnostiqué le 30 septembre, à Dallas, au Texas. Cette première manifestation a pris les services d'urgence par surprise, aux États-Unis comme au Québec.

Le Soleil expliquait il y a deux semaines que les ambulanciers de Dallas n'avaient pas pris les précautions nécessaires en transportant ce premier malade - Thomas Eric Duncan, aujourd'hui décédé - et qu'ils avaient fait part de leurs erreurs dans un groupe d'échange d'information auquel participent des représentants québécois.

Les paramédicaux, tout comme plusieurs travailleurs de la santé, avaient manifesté leurs inquiétudes dans les jours suivant l'apparition d'Ebola en sol américain. Ils réclamaient davantage de protection et d'information sur les procédures à suivre si jamais un cas potentiel était observé au Québec.

Angoisses fondées

Il faut croire que leurs angoisses n'étaient pas infondées. Aux dires du Dr François Desbiens, directeur régional de santé publique de la Capitale-Nationale, aucune préparation n'avait été mise en marche avant l'apparition du virus chez nos voisins du Sud. Mais depuis, «l'équipement a été acheté, les médecins ont été entretenus sur les soins à donner [...] L'ensemble du réseau s'est mis à être prêt à avoir un premier cas suspect qu'on espère ne jamais avoir», a expliqué M. Desbiens.

Ce dernier insiste pour dire qu'aucun cas n'a encore menacé le Québec et répète que le virus n'est pas présent dans la région.

La menace Ebola en Amérique du Nord n'a en effet rien à voir avec celle accablant les pays les plus durement touchés actuellement, comme le Liberia, la Sierra Leone ou la Guinée.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, près de 5000 personnes ont perdu la vie depuis le début de l'épidémie, en décembre 2013.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer