• Le Soleil > 
  • Actualités > 
  • Santé 
  • > Plus de partenaires féminines, moins de risque de cancer de la prostate, conclut une étude 

Plus de partenaires féminines, moins de risque de cancer de la prostate, conclut une étude

La chercheure Marie-Élise Parent a expliqué que le... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

La chercheure Marie-Élise Parent a expliqué que le fait d'avoir eu plusieurs partenaires sexuelles féminines se traduit peut-être par une fréquence d'éjaculations plus élevées, dont l'effet protecteur contre le cancer de la prostate a été observé précédemment dans des études de cohorte.

Photo Digital/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Avoir eu des relations sexuelles avec plusieurs femmes réduirait le risque de cancer de la prostate.

C'est la conclusion d'une étude menée par trois chercheuses rattachées à l'Institut national de recherche scientifique (INRS). Les résultats de l'étude viennent d'être publiés dans la revue Cancer Epidemiology.

«Chez les hommes, le fait d'avoir fréquenté plus de 20 femmes au cours de leur vie est associé à un risque 28 % moins élevé d'être un jour atteint d'un cancer de la prostate, comparativement à ceux qui n'ont eu qu'une seule partenaire», peut-on lire dans le communiqué transmis par l'Université de Montréal.

Une des chercheuses a avancé une explication du risque moins élevé de cancer de la prostate chez les hommes qui ont eu plusieurs partenaires féminines. «Il est possible que le fait d'avoir eu plusieurs partenaires sexuelles féminines se traduise par une fréquence d'éjaculations plus élevée, dont l'effet protecteur contre le cancer de la prostate a été observé précédemment dans d'autres études», a avancé Marie-Élise Parent, professeure à l'École de santé publique de l'Université de Montréal.

À son avis, il est possible de tirer la même conclusion pour un homme qui a la même partenaire féminine pendant plusieurs années dans la mesure où l'activité sexuelle est fréquente. Toutefois, l'étude n'a pas abordé cet aspect. 

«Ça se peut qu'on ait les mêmes résultats avec des hommes qui ont des relations avec plus de femmes au fil de leur vie et d'autres qui ont eu une vie sexuelle active avec la même partenaire pendant plusieurs années. Lorsqu'on commence une nouvelle relation, on est peut-être plus actif sexuellement», a-t-elle dit.

D'autre part, l'étude réalisée auprès de plus de 3200 hommes - dont 1590 avaient reçu un diagnostic de cancer de la prostate entre 2005 et 2009 - montre que le fait d'avoir eu des relations avec plusieurs femmes n'est pas synonyme de cas plus nombreux d'infections transmissibles sexuellement.

«Pour chaque participant, l'âge auquel est survenue la première relation sexuelle tout comme le nombre d'infections transmises sexuellement [ITS] contractées n'ont pas influencé le risque de cancer de la prostate. D'ailleurs, seulement 12 % des participants ont affirmé avoir déjà au moins une ITS au cours de leur vie, ce qui est peu.»

D'autres résultats de l'étude ont montré que la circoncision avait un effet protecteur contre le cancer de la prostate. «On n'a rien vu du côté de l'exposition au soleil et le cancer de la prostate. On n'a pas analysé toutes les statistiques. On n'en est qu'au début», a dit Mme Parent.

Le contraire avec des partenaires masculins

Par ailleurs, l'étude scientifique qui a débuté en 2002 montre que les hommes qui ont eu des relations avec plus de 20 hommes couraient deux fois plus de risque d'être atteints d'un cancer de la prostate. 

Mme Parent a avancé une hypothèse «hautement spéculative» pour expliquer cette association. «Elle pourrait relever d'une plus grande exposition à des ITS, ou encore il se pourrait que la pénétration anale produise un traumatisme physique à la prostate», a-t-elle suggéré.

Tous les hommes qui ont participé à l'étude étaient de Montréal. Ils ont dû répondre à environ

200 questions portant sur les habitudes de vie dont les pratiques sexuelles, l'alimentation, la consommation d'alcool, les expositions chimiques au travail, les activités physiques, la prise d'anticoagulants et bien d'autres sujets.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer