Réforme en santé: 70 groupes en commission parlementaire

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La réforme de la santé préconisée par le ministre Gaétan Barrette suscite beaucoup d'intérêt, voire de l'inquiétude. Pas moins de 70 regroupements et associations seront entendus en commission parlementaire à compter de la semaine prochaine sur l'abolition des agences régionales de la santé et la disparition de la totalité ou presque des établissements de santé actuels.

«Le ministre a hâte d'entendre les différentes opinions sur le projet de loi. Au moment de l'annonce du projet, le souhait était que la réforme entre en vigueur le 1er avril 2015. C'est toujours notre souhait. On verra la suite des événements», a dit, mardi, l'attaché de presse de M. Barrette.

La consultation débutera lundi prochain par la présentation des mémoires des deux principales fédérations médicales, soit celle des médecins spécialistes et celle des médecins omnipraticiens. L'Université Laval et le CHU de Québec feront part de leur point de vue sur le projet de loi les 27 et 30 octobre. 

Vive opposition

Les visées centralisatrices du ministre Barrette ont soulevé l'opposition des hôpitaux, CHSLD et centres de santé et de services sociaux. Au lieu d'éliminer le palier régional, le ministre le renforce par son projet de loi, selon l'Association québécoise des établissements de santé et des services sociaux.

«Il s'agit là d'une centralisation et d'une politisation sans précédent de l'ensemble des activités du réseau et d'une réduction dramatique de la participation des citoyens», a soutenu la directrice générale de l'Association, Diane Lavallée.

À son avis, les changements proposés dans la structure ne produiront aucun gain pour les citoyens quant à un meilleur accès aux services. De plus, on prévoit que la réforme amènera des nominations politiques partisanes sur les conseils d'administration des nouvelles entités régionales ainsi que dans le personnel de gestion du réseau de la santé. On estime également que les changements structurels proposés par le ministre Barrette se traduiront par une perte de pouvoirs et d'influence des intervenants locaux sur les services de santé.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer