Radiothérapie: le CHU réitère son plan d'expansion

Selon la porte-parole, Geneviève Dupuis, la demande d'ajouter... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Selon la porte-parole, Geneviève Dupuis, la demande d'ajouter des appareils de radiothérapie vient contredire les rumeurs voulant que le gouvernement ait demandé de réduire les coûts du projet d'un nouvel hôpital à l'Enfant-Jésus de 1,8 à 1,4 milliard $.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le CHU de Québec maintient sa demande au ministère de la Santé de doubler ou presque le nombre d'appareils de radiothérapie dans le futur hôpital à l'Enfant-Jésus par rapport à ceux actuellement en fonction à L'Hôtel-Dieu de Québec.

«On prévoit faire passer le nombre d'accélérateurs linéaires de 8 à 14 et d'ajouter un TEP scan (appareil d'imagerie médicale) dédié à la radio-oncologie», a indiqué, lundi, la porte-parole du Centre hospitalier universitaire de Québec, Geneviève Dupuis.

Ces mesures sont contenues dans un plan clinique qui vient d'être déposé au Ministère conformément à l'échéancier prévu. Ce plan a été élaboré à partir des prévisions d'augmentation du nombre de patients en radio-oncologie au cours des prochaines années et des technologies disponibles. L'ouverture du centre de radiothérapie à l'Enfant-Jésus est prévue avant la fin de 2019.

Selon Mme Dupuis, la demande d'ajouter des appareils de radiothérapie vient contredire les informations ou rumeurs voulant que le gouvernement ait demandé de réduire les coûts du projet d'un nouvel hôpital à l'Enfant-Jésus de 1,8 à 1,4 milliard $.

«Le dépôt du plan clinique de la radio-oncologie en fait foi. On n'est pas du tout dans la diminution des services. On est dans l'augmentation. On double presque le nombre d'accélérateurs. On n'est pas dans un mode où on doit diminuer. On est dans un mode où on doit répondre aux besoins des patients», a-t-elle soutenu.

De plus, malgré la politique d'austérité du gouvernement Couillard, les autorités du CHU n'envisagent pas de réduire le nombre de lits à l'urgence du nouvel hôpital par rapport au projet annoncé l'an dernier, après la mise au rancart du projet d'agrandissement de L'Hôtel-Dieu de Québec. «Le nombre de lits est exactement le même que dans le projet initial», a dit Mme Dupuis. 

Par contre, elle reconnaît que des modifications pourraient être apportées au projet du nouvel hôpital. «Par exemple, ce qui est questionné, c'est de savoir s'il y aura moins, autant ou plus de salles au bloc opératoire et si on aura besoin d'un seul bloc opératoire ou de deux ou de trois», a-t-elle fait part.

Mme Dupuis a expliqué que les besoins de salles d'opération pourraient être différents dans un futur rapproché. «En ophtalmologie dans les prochaines années, il y a plusieurs interventions qui ne se feront plus au bloc opératoire parce que les techniques demandent maintenant des plus petites installations. Il faut se questionner sur les pratiques», a-t-elle dit.

Budgets de fonctionnement

Le nombre de consultations externes pourrait être moindre également dans le nouvel hôpital. «Concernant les cliniques externes, on s'est rendu compte que beaucoup de rendez-vous se donnent les mardi, mercredi et jeudi, et le lundi et vendredi, il y en a presque pas. Est-ce qu'on a besoin d'autant de salles de cliniques externes si on répartit correctement tous les rendez-vous du lundi au vendredi? Probablement moins», a expliqué Mme Dupuis.

La porte-parole du CHU de Québec assure que l'établissement n'a reçu aucun avis du ministère de la Santé l'enjoignant de réduire le coût de construction du nouvel hôpital à l'Enfant-Jésus. «On n'a pas eu une commande de couper et on n'est pas dans une dynamique de couper. On est dans une dynamique de se baser sur les meilleures pratiques, les besoins de nos patients», a affirmé Mme Dupuis.

Par ailleurs, le premier ministre Philippe Couillard ne s'est pas avancé, lundi, sur la possibilité d'une baisse des coûts de construction du nouvel hôpital à Québec. Toutefois, il a dit s'attendre à ce qu'il en coûte moins cher en dépenses de fonctionnement dans les nouvelles installations.

«Quand on prend un hôpital divisé sur plusieurs sites et qu'on le ramène sur un site unique, normalement ça doit être efficient et les budgets de fonctionnement doivent être améliorés. C'est le genre de travail qui est toujours fait dans ces grands projets d'hôpitaux», a-t-il commenté, en marge d'une conférence de presse pour annoncer le nom de l'autoroute Claude-Béchard.

Le plan d'ensemble des besoins de locaux au nouvel hôpital sera remis au ministère de la Santé avant la fin de l'année. Le projet d'un nouvel hôpital à l'Enfant-Jésus présenté l'an dernier prévoit l'ajout de 146 chambres individuelles pour un total de 760 lits, une trentaine de salles d'opération, un nombre accru de civières à l'urgence et la construction d'un pavillon des neurosciences et d'une hôtellerie hospitalière.

Avec Carl Thériault (collaboration spéciale)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer