Rumeurs de budget réduit pour le mégahôpital de Québec

Les équipes qui travaillent à l'élaboration des plans... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Les équipes qui travaillent à l'élaboration des plans du nouvel hôpital - qui serait situé sur les terrains de l'Enfant-Jésus - auraient reçu l'ordre de couper de 20 à 25 % dans tous les services, sauf dans celui de la radio-oncologie.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La saga du mégahôpital à l'Enfant-Jésus reprend avec des rumeurs de réduction du budget pour s'assurer que le projet soit accepté par le gouvernement Couillard. Le CHU de Québec se contente d'affirmer que son plan sera connu d'ici décembre.

Le contexte budgétaire du Québec aurait incité la direction du CHU de Québec à revoir son projet de mégahôpital sur les terrains de l'Enfant-Jésus, dans Limoilou.

Selon les informations rapportées dimanche dans Le Journal de Québec, le projet verrait ses coûts de construction passer de 1,8 milliard à 1,4 milliard $. Une quinzaine de lits à l'urgence seraient soustraits du nombre qui avait été avancé lors de l'annonce du feu vert donné par le précédent gouvernement. Les 15 lits à l'urgence de l'Hôtel-Dieu de Québec, qui doit tout de même garder une urgence, ne seraient plus ajoutés à ceux du nouveau mégahôpital.

De plus, les équipes qui travaillent à l'élaboration des plans du nouvel hôpital auraient reçu l'ordre de couper de 20 à 25 % dans tous les services, sauf dans celui de la radio-oncologie.

Plan d'ici décembre

Une porte-parole du CHU de Québec n'était pas en mesure, dimanche soir, de commenter ces informations. «On a des besoins cliniques qui sont clairement identifiés et notre responsabilité, c'est de les organiser de la meilleure façon pour offrir les soins et respecter la capacité de payer des Québécois», s'est limitée à dire Pascale Saint-Pierre. Le CHU doit déposer son plan pour le mégahôpital d'ici décembre au ministère de la Santé, a-t-elle souligné.

Un des premiers défenseurs de la concentration des services à l'Enfant-Jésus, le Dr Robert Delage, a refusé dimanche de s'inquiéter de la possibilité que le projet soit revu à la baisse. Selon lui, ce n'est pas le nombre de lits qui importe, mais une meilleure planification des soins offerts aux patients. «Si on arrêtait de construire nos routes sous prétexte qu'on n'a plus de sous, un moment donné, ça devient contre-productif. Je suis persuadé que ce projet-là ne sera pas fait à rabais», a illustré le Dr Delage sur les ondes de Radio-Canada.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a fait savoir par son attachée de presse qu'il attendrait les plans cliniques du CHU avant de commenter.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer