Hôtel-Dieu de Québec: Caire penche pour un nouvel hôpital

Favorable à la construction d'un nouvel hôpital universitaire,... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Favorable à la construction d'un nouvel hôpital universitaire, le député caquiste Éric Caire estime qu'il faut analyser les dépenses déjà faites à l'Hôtel-Dieu de Québec. «Il faut par la suite analyser ça froidement avec chiffres à l'appui et savoir où on met le nouvel hôpital et quelle vocation on lui donne», a-t-il affirmé.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partager

(Québec) Le député caquiste de La Peltrie, Éric Caire, est favorable à la construction d'un nouvel hôpital universitaire à Québec en lieu et place de l'agrandissement de l'Hôtel-Dieu de Québec au coût de 850 millions $. À défaut de cela, il est d'accord pour regrouper dans deux ou trois centres hospitaliers de Québec la mission de l'enseignement universitaire de la médecine.

«J'aime à savoir que le ministre [Réjean Hébert] songe à un nouvel hôpital. Je pense que la ville de Québec, la région de Québec et l'Est-du-Québec méritent cet investissement, eu égard à sa très grande mission en oncologie. Je serais très favorable minimalement à ce qu'on regarde ça sérieusement et qu'on laisse la possibilité de faire son chemin», a-t-il commenté, jeudi, en réaction à des propos du ministre de la Santé, qui n'a pas fermé la porte à un nouvel hôpital universitaire à Québec.

M. Caire met toutefois un bémol à son appui au projet d'un nouvel hôpital à l'exemple de ceux du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) et du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) à Montréal. «Il faut voir les dépenses qui ont déjà été faites à l'Hôtel-Dieu de Québec. Dans un premier temps, il faut que le ministre mette un holà un projet. Il faut par la suite analyser ça froidement avec chiffres à l'appui et savoir où on met le nouvel hôpital et quelle vocation on lui donne», a-t-il affirmé.

Lueur d'espoir

Il y a quelques années, M. Caire, qui faisait partie de l'Action démocratique du Québec (ADQ), s'était opposé au projet d'agrandissement de l'hôpital du Vieux-Québec. Il n'a pas caché que la lecture de l'article du Soleil jeudi concernant la révision du projet d'agrandissement à l'Hôtel-Dieu par la direction du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec l'avait mis en colère, mais avait aussi suscité une lueur d'espoir.

«On avait pourtant dit qu'on ne sera pas capable de suffire à la demande, que le lieu est trop exigu pour penser à de l'expansion, que c'est difficile d'accès, que ça va coûter un prix de fou parce que c'est un quartier historique, que c'est un vieil édifice qui va coûter cher à rénover et qui nous réserve plein de surprises. Malgré cela, les ministres Philippe Couillard et Yves Bolduc ont maintenu le projet», a-t-il déploré.

Jamais trop tard

Le député de la Coalition avenir Québec s'est réjoui de l'attitude du ministre Réjean Hébert, qui a manifesté une ouverture à une nouvelle vision des infrastructures hospitalières à Québec. Il demeure persuadé qu'on devrait se limiter à des travaux de rénovation à l'Hôtel-Dieu de Québec et éviter toute expansion. «L'Hôtel-Dieu peut rester un hôpital communautaire. Il n'est jamais trop tard pour corriger une erreur. S'enfoncer dans un marais n'est jamais une solution», a-t-il dit.

Par ailleurs, la réflexion de la direction du CHU pourrait l'amener à proposer un agrandissement de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus pour y loger le nouveau centre de radiothérapie avec un nouveau centre des maladies du sein tout en maintenant le Pavillon Carlton-Auger. Le tiers des patients traités en radiothérapie à l'Hôtel-Dieu sont affligés d'un cancer du sein et sont suivis à l'Hôpital du Saint-Sacrement. De plus, les nouvelles installations de radiothérapie seraient grandement utiles pour les personnes souffrant d'autres cancers, dont celui du cerveau, et qui sont suivies à l'Enfant-Jésus.

Une navette pour les malades dans le Vieux-Québec

L'Hôtel-Dieu de Québec étudie la possibilité d'offrir un service de navette à ses patients entre leurs différents locaux et les stationnements.

«Un comité est en train d'analyser différentes options pour favoriser un meilleur accès dans le Vieux-Québec, dont un système de navettes pour la clientèle», a indiqué, au Soleil, le directeur général adjoint du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHU), Denis Bouchard.

Le groupe de travail examine également la possibilité de nouveaux stationnements. «On a développé des espaces de stationnement pour le personnel, dans la cour de l'Arsenal, sur le terrain de l'ancienne école Saint-Louis-de-Gonzague. On travaille en collaboration avec nos voisins, dont le Petit Séminaire, pour voir si on peut développer des espaces de stationnement, faire du covoiturage», a ajouté le gestionnaire.

M. Bouchard est convaincu que le projet d'agrandissement du centre hospitalier permettra de résoudre en grande partie les problèmes d'accès. «Il y aura un débarcadère plus facile d'accès. Le projet va amener une nette amélioration de l'accès, de la circulation. Le principal problème actuellement, c'est la livraison de la marchandise, les camions dans la côte du Palais. À l'avenir, ça va se faire en bas sur la rue Saint-Vallier», a-t-il expliqué.

On prévoit construire un nouvel immeuble de services sur la rue Saint-Vallier. L'an dernier, on y a procédé à la démolition d'un vieil entrepôt pour faire place à une nouvelle bâtisse dont les plans et devis sont en préparation depuis quelques mois.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer