L'impact patrimonial de l'agrandissement de l'Hôtel-Dieu sous surveillance

La fameuse «tour rose» de l'Hôtel-Dieu, construite en... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

La fameuse «tour rose» de l'Hôtel-Dieu, construite en 1955, demeurera en place.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partager

Annie Mathieu
Le Soleil

(Québec) Le projet d'agrandissement et de rénovation de l'Hôtel-Dieu de Québec est sous haute surveillance. Un groupe de travail a récemment été mis sur pied pour étudier son impact patrimonial et ainsi éviter que le Vieux-Québec perde son prestigieux statut de site du patrimoine mondial.

«On veut même faire en sorte que le projet s'intègre mieux dans l'environnement patrimonial que le bâtiment actuel peut le faire», souligne le directeur des communications du CHU de Québec, Richard Fournier.

Le comité a été formé après que Parcs Canada, responsable des 14 sites classés patrimoine mondial de l'UNESCO au pays, eut approché les responsables de l'Hôtel-Dieu pour les sensibiliser à l'environnement patrimonial dans lesquels ils travaillent. «Il y a des façons de faire pour s'assurer de respecter l'ensemble des valeurs du milieu», explique la directrice de l'unité de gestion de Québec, Marie-Josée Bissonnette, qui souligne avoir été «agréablement surprise» de la réception positive de l'institution.

En plus de représentants du gouvernement fédéral, le «Groupe de travail sur l'étude d'impact patrimonial» est composé de fonctionnaires du ministère de la Culture du Québec, de la Ville de Québec, de professionnels travaillant sur le projet ainsi que de membres de la société civile. Des organisations comme le Comité des citoyens du Vieux-Québec et la Société historique de Québec ont également été invités à siéger, énumère M. Fournier.

«Notre défi, c'est d'intégrer un hôpital du futur dans un lieu patrimonial», explique-t-il, ajoutant que les critères patrimoniaux à respecter qui seront identifiés par le comité seront suivis à la lettre.

Premières rencontres

La première rencontre du groupe de travail a eu lieu la semaine dernière et ses travaux devraient se terminer à la fin avril, soit au moment où l'Hôtel-Dieu pourrait révéler les premières esquisses. Si certains concepts sont déjà arrêtés, Richard Fournier ne peut pas en dire plus sur l'allure qu'aura l'hôpital rénové et de ses deux nouveaux bâtiments qui auront pignon sur la rue Saint-Vallier et dans la côte du Palais.

Toutefois, il souligne que la fameuse «tour rose» à l'angle de la côte du Palais et la rue des Remparts, construite en 1955 et décriée pour sa laideur, demeurera en place. «Elle n'est pas démolie mais elle va pouvoir être mieux intégrée dans un ensemble complet et on va refaire l'enveloppe», souligne le directeur des communications.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer