Les salaires des médecins au 3e rang des dépenses du système de santé canadien

Partager

Sheryl Ubelacker
La Presse Canadienne
Toronto

Les salaires des médecins canadiens totalisent plus de 20 milliards $ par année, ce qui en fait la troisième plus importante dépense du système de santé après les hôpitaux et les médicaments, selon un rapport publié mardi.

L'étude réalisée par l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) montre que la rémunération brute des médecins a augmenté de six pour cent en 2010-2011, en baisse par rapport aux huit et dix pour cent respectivement enregistrés en 2009-2010 et en 2008-2009.

L'ICIS a découvert que les médecins canadiens étaient payés en moyenne 307 000 $ en 2010-2011, même si les moyennes provinciales vont de 236 000 $ à l'Île-du-Prince-Édouard à 350 000 $ en Alberta, en passant par 250 000 $ en Nouvelle-Écosse, 253 000 $ au Québec, 265 000 $ au Nouveau-Brunswick et 340 000 $ en Ontario.

Geoff Ballinger, gestionnaire du programme ressources humaines de la santé de l'ICIS, a rappelé que ces chiffres correspondaient à des moyennes et que les salaires pouvaient considérablement varier selon la spécialité, un médecin de famille gagnant moins qu'un neurochirurgien ou qu'un cardiologue.

M. Ballinger a également souligné qu'il s'agissait de rémunération brute ne comprenant pas les sommes déboursées par les médecins pour faire fonctionner leur bureau, comme le loyer, les impôts, les salaires de la réceptionniste et des infirmières ainsi que les assurances.

Selon lui, ces coûts indirects représentent généralement entre 35 et 40 pour cent du salaire brut, une information que l'ICIS ne peut cependant pas confirmer en raison de la difficulté associée à la cueillette de ce genre de données.

Environ 70 pour cent de la paie des médecins provient de la rémunération à l'acte, pour un paiement moyen de 54 $. Le reste vient de sources variées, dont les salaires, la rémunération à l'heure pour les psychiatres et les paiements basés sur le nombre de patients pour les cabinets.

Le fossé entre les deux types de rémunération tend toutefois à diminuer, a indiqué Geoff Ballinger. En 1999-2000, les autres modes de paiement ne représentaient en effet que 11 pour cent du salaire des médecins.

M. Ballinger a dit que certaines provinces avaient manifesté de l'inquiétude par le passé au sujet du principe de la rémunération à l'acte, qui a tendance à faire bondir le nombre de patients traités.

D'après lui, plusieurs d'entre elles ont délaissé ce mode de paiement au profit des autres afin que leurs médecins passent davantage de temps avec leurs patients.

Le nombre de médecins a augmenté entre 2006-2007 et 2010-2011 au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick. Dans la Belle Province, ce chiffre est passé de 14 772 à 15 886 au cours de cette période. En Ontario, il s'est élevé à 24 554 en 2010-2011, une augmentation par rapport aux 21 835 dénombrés en 2006-2007. Au Nouveau-Brunswick, l'effectif du corps médical est passé de 1528 à 1669. Ces nombres ne comprennent pas les médecins spécialistes de laboratoire ou de l'imagerie diagnostique.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer