Plusieurs projets freinés dans le budget Marceau

L'ex-ministre de la Santé Yves Bolduc s'est livré... (La Presse Canadienne)

Agrandir

L'ex-ministre de la Santé Yves Bolduc s'est livré à une charge très dure contre son successeur, Réjean Hébert. Fait rarissime, il s'est adressé directement à son adversaire en Chambre en le tutoyant.

La Presse Canadienne

Partager

(Québec) Que ce soit en raison de «bonbons électoraux» péquistes ou d'une «débandade» libérale dans le contrôle des coûts, il demeure que des projets d'infrastructure sont en péril «dans toutes les régions du Québec».

Le gouvernement péquiste et l'opposition libérale n'ont pas mâché leurs mots, mardi, pour s'accuser mutuellement d'être responsables du frein qui sera mis sur certains projets dans le prochain budget.

«Vous avez parcouru le Québec en annonçant des hôpitaux et des immobilisations partout sans vous assurer que c'était attaché au niveau des budgets», a lancé le ministre de la Santé, Réjean Hébert, à l'endroit de son prédécesseur, Yves Bolduc. «Et ça, c'est de l'irresponsabilité.»

Piqué au vif, l'ex-ministre a répliqué en traitant M. Hébert «d'incompétent total» qui fait démonstration qu'il ne connaît pas le réseau de la santé. Fait rarissime, il s'est adressé directement à son adversaire en Chambre en le tutoyant.

Pour M. Bolduc, l'arrivée du Parti québécois (PQ) au pouvoir est l'équivalent d'une «hécatombe». «Parce qu'ils ont décidé de donner des bonbons électoraux, le PQ a décidé de faire payer le système de santé et d'attaquer directement les soins aux patients.»

Il taxe M. Hébert d'être un «théoricien» qui «n'a pas mis les pieds dans un établissement de santé depuis 10 ans». «Je pense que le réseau de la santé va regretter leur ancien ministre», a-t-il déclaré.

Mardi, le ministre Hébert n'a pas voulu dire quels projets devraient être mis sur la glace en raison de la situation financière. Il préfère attendre le budget du 20 novembre. Il a par contre indiqué que les projets en cours iraient «de l'avant» et s'intéresser particulièrement à «d'autres projets qui sont en amont du processus».

D'après M. Bolduc, cela veut nécessairement dire que l'agrandissement de l'Hôtel-Dieu de Québec repassera sous la loupe du ministère de la Santé. Il ne croit par contre pas que cela s'applique à la construction de deux nouveaux hôpitaux dans Charlevoix.

Le ministre des Transports, Sylvain Gaudreault, a aussi subi les attaques de l'opposition libérale. Sa vis-à-vis Julie Boulet, députée de Laviolette, a dit avoir «de sérieuses raisons de s'inquiéter» d'un ralentissement des investissements dans le réseau routier québécois. «Les projets inscrits à la programmation n'ont pas été choisis pour le fun, a-t-elle déclaré. Ils ont été choisis parce qu'il y avait des impératifs de sécurité.»

Le ministre a répondu qu'une démarche de révision des projets a été rendue nécessaire par les «dépassements de coût systématiques qui ont été faits sur l'ensemble des infrastructures et sur lesquels les ministres précédents ont fermé les yeux».

Il faudra attendre au budget du ministre des Finances, Nicolas Marceau, pour connaître plus précisément les intentions gouvernementales.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer