Légionellose: les édifices du gouvernement ne sont pas en cause

L'édifice Marie-Guyart (complexe G)... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

L'édifice Marie-Guyart (complexe G)

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partager

(Québec) Au lendemain de l'appel du maire Régis Labeaume à plus de transparence, le gouvernement du Québec montre patte blanche et affirme qu'aucun de ses édifices n'est en cause dans l'éclosion de légionellose qui affecte le centre-ville de Québec.

«Nos édifices ne sont pas en cause, non», a affirmé Pierre-Louis Dufresne, directeur des communications de la Société immobilière du Québec (SIQ). La SIQ est gestionnaire de l'ensemble des édifices administratifs du gouvernement du Québec. Elle gère plus de 1300 édifices en propriété et en location sur tout le territoire du Québec.

Dans le périmètre visé par l'éclosion de légionellose, sept édifices sous la responsabilité de la SIQ ont été inspectés (voir le tableau). Parmi eux, l'édifice Marie-Guyart (complexe G), les édifices H et J, les bâtiments abritant divers ministères, dont ceux des Finances, des Affaires municipales, de la Santé et le palais de justice de Québec. Ce dernier était parmi les premiers bâtiments à avoir reçu la visite des inspecteurs, car il se trouve au coeur du périmètre où l'éclosion s'est manifestée. «Tout est beau du côté du palais de justice, il n'y a aucun problème», a affirmé M. Dufresne.

«Tous nos édifices ont été inspectés. Ils ont tous fait l'objet d'inspections par la santé publique.» Ils ont aussi été nettoyés par mesure de prévention.

M. Dufresne assure qu'en tout temps, les édifices sous la coupe de la SIQ sont inspectés minutieusement. «On a depuis très longtemps un programme d'entretien préventif très serré pour les tours d'eau dans tous les édifices dont on est propriétaire. Ça prévoit l'inspection régulière des composantes, la vidange, le nettoyage en profondeur. Et c'est fait par des entreprises spécialisées en traitement des eaux. Des analyses sont faites mensuellement, et le traitement requis est fait le cas échéant, un traitement microbien par injection de biocide. C'est vraiment très suivi.»

Établissements de santé aussi vérifiés

Les établissements de santé ne sont cependant pas gérés par la SIQ, a précisé M. Dufresne. «C'est géré par les hôpitaux eux-mêmes.» Au Centre hospitalier universitaire de Québec, l'agente d'information Josianne Vignola a indiqué que les quatre tours d'eau de L'Hôtel-Dieu, qui projettent des gouttelettes au coeur du Vieux-Québec, ont été inspectées par la santé publique. Elles font aussi régulièrement l'objet de vérifications. «En raison de notre clientèle, on ne prend pas de risque. Nous avons un plan d'entretien qui est fait, et nos analyses sont conformes.»

Parmi les bâtiments de la Ville de Québec qui se trouvent à l'intérieur du périmètre visé, seuls trois édifices sont climatisés avec un système de tour de refroidissement, a indiqué le porte-parole Jacques Perron. Il s'agit de l'hôtel de ville, du Palais Montcalm et du 2, rue Pierre-Olivier-Chauveau. Là aussi, tous sont régulièrement inspectés, indique-t-il, et ont été revérifiés par la santé publique.

Édifices gouvernementaux inspectés

1075, chemin Sainte-Foy: ministère de la Santé

1050, Louis-Alexandre-Taschereau: édifice Marie-Guyart

875, Grande Allée: édifices H et J

300, boul. Jean-Lesage: palais de justice de Québec

10, rue Pierre-Olivier-Chauveau: ministère des Affaires municipales

12, rue Saint-Louis: ministère des Finances

1500, rue Cyrille-Duquet: Centre de services partagés du Québec

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer