Greffe de tissus: une méthode de conservation par déshydratation

Guy Viel, directeur général du Centre de recherche... (Carl Thériault, collaboration spéciale)

Agrandir

Guy Viel, directeur général du Centre de recherche en biotechnologies marines de Rimouski

Carl Thériault, collaboration spéciale

 

Carl Thériault, collaboration spéciale
Le Soleil

(Rimouski) Les chercheurs du Centre de recherche en biotechnologies marines de Rimouski (CRBM) ont mis au point une méthode de conservation par déshydratation des tissus humains destinés à la greffe qui facilitera le travail dans les hôpitaux et rendra les greffes plus disponibles.

Cette technique, appelée lyophilisation, permet de conserver à température ambiante les tissus humains grâce à une déshydratation de certains types de microtissus spongieux utilisés en microchirurgie.

Habituellement, ces tissus sont maintenus à basse température par congélation. Cette méthode, mise au point à la demande d'Héma-Québec, est utilisée pour la première fois au Canada.

«Héma-Québec a confié au CRBM le mandat de développer et de valider une méthode de lyophilisation d'allogreffes musculosquelettiques utilisée pour certaines chirurgies. Essentiellement, les retombées du projet permettent actuellement à Héma-Québec de diversifier les allogreffes disponibles en offrant des allogreffes musculosquelettiques lyophilisées», a expliqué Jacynthe Tremblay, chef au développement des produits, tissus humains, à la vice-présidence à l'exploitation des cellules souches, des tissus humains et du laboratoire de référence chez Héma-Québec.

«Contrairement aux allogreffes conservées congelées, les allogreffes lyophilisées peuvent être entreposées à température ambiante, facilitant du même coup la logistique d'entreposage des hôpitaux», ajoute-t-elle.

Banque de tissus humains

Dans la province, l'organisme agit à titre de fournisseur de tissus humains destinés à la greffe et assure la gestion d'une banque de tissus humains.

«L'expertise de l'équipe du CRBM dans ce domaine a permis à Héma-Québec la mise en oeuvre d'une chaîne de production d'allogreffes musculosquelettiques entièrement québécoise pour les besoins des hôpitaux canadiens», a précisé pour sa part Guy Viel, directeur général du CRBM.

Héma-Québec prélève des tissus musculosquelettiques (tendons, os morcelés, têtes fémorales), des tissus cutanés, des valves cardiaques et des cornées (en partenariat avec la Banque d'yeux du Québec). Un donneur de tissus cardiaques peut aider au moins deux personnes, et un donneur de tissus osseux peut aider jusqu'à 40 receveurs.

Inauguré en mai 2004, le Centre de recherche sur les biotechnologies marines a pour mission la recherche, le développement et le transfert dans le domaine des biotechnologies marines et des diverses bioressources.

Les travaux du CRBM visent les entreprises du marché de la pharmaceutique, du nutraceutique, du biomédical, des produits de santé naturels et du cosmétique.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer