• Le Soleil > 
  • Actualités > 
  • Santé 
  • > Agences régionales de la santé: la proposition de Legault est un leurre, selon la CSQ 

Agences régionales de la santé: la proposition de Legault est un leurre, selon la CSQ

Pierre Pelchat
Le Soleil

(Québec) Les économies que laisse miroiter le parti de François Legault en proposant d'abolir les agences régionales de la santé sont un leurre, selon la Centrale des syndicats du Québec (CSQ).

«Il ne fera pas d'économies, c'est du trompe-l'oeil. Il ne créera pas d'un coup de baguette magique des économies de 100 millions$. Il y a un ensemble d'activités qui est fait dans une agence régionale qu'il va falloir que ce soit fait au ministère ou dans un autre organisme comme un CSSS [centre de santé et de services sociaux]», a commenté, hier, au Soleil, le président de la Fédération des syndicats de la santé de la CSQ, René Beauséjour.

À son avis, la très grande partie des dépenses des agences sont incompressibles. «La moitié des dépenses, c'est la santé publique. Ce service s'occupe des maladies infectieuses, des épidémies, de la promotion de la santé, la nutrition, la lutte au tabac. On ne peut le couper sans dire qu'on ne coupe pas les services à la population», a-t-il expliqué.

Il ne croit pas non plus qu'il y aurait des économies en supprimant les services d'informatique et de collecte de données des agences. «Que vous les mettiez au ministère ou dans un CSSS, ces services vont demeurer», a avancé M. Beauséjour.

Il fait le même constat avec le service régional d'ambulances géré par les agences régionales. «Ce n'est pas inconcevable qu'un CSSS prenne certaines activités, mais il n'y aura pas d'économies.»

Réduction des cadres

Le syndicaliste voit toutefois des économies potentielles à moyen terme par la réduction du nombre de cadres. «Il y a du personnel cadre qui pourrait être congédié. Les économies seraient à long terme. La plupart ont une stabilité d'emploi, des contrats de trois, quatre ans», a affirmé M. Beauséjour.

Il doute toutefois que ces économies soient permanentes. «Il faudra augmenter la tâche de cadres dans le ministère ou dans un CSSS. Ce sont des paris qui se font des fois, mais on engage souvent des nouveaux cadres pour ces tâches», a-t-il dit.

Aussi, il y aurait peu d'économies à faire en éliminant la duplication des tâches entre le ministère et les agences régionales. «Il y a très peu de duplication entre ce que font les agences et le ministère. Quand les libéraux ont pris le pouvoir en 2003, le ministre Couillard avait pris un grand soin d'éliminer toutes les duplications. Je ne dis pas qu'il n'en reste pas. C'est probablement résiduel et marginal.»

Par ailleurs, M. Beauséjour croit que la disparition des agences régionales qui est un des chevaux de bataille de la Coalition avenir Québec soulèverait des questions sur la façon de répartir équitablement les ressources en santé dans une région. «Actuellement, les agences ont un rôle important à jouer dans la redistribution des budgets au niveau régional», a-t-il souligné.

Il reconnaît que certaines agences pourraient être intégrées dans un CSSS à la condition qu'il n'y ait qu'un seul CSSS dans la région. «S'il y a d'autres CSSS dans une région, celui qui aurait fusionné avec l'agence serait en conflit d'intérêts pour la répartition des budgets. Ce n'est pas le cas à Laval, où il n'y a qu'un seul CSSS.» Dans les régions de Québec et de Montréal avec leurs nombreux établissements, il estime qu'une coordination régionale est incontournable.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer