TCE à Shannon: la Santé publique doit se justifier

«Il n'y a eu aucune ingérence politique ou... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

«Il n'y a eu aucune ingérence politique ou financière dans nos travaux. Si une technique fiable d'analyse avait existé, j'aurais demandé les fonds et je les aurais obtenus», a déclaré le Dr François Desbiens, directeur régional de santé publique pour la Capitale-Nationale.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

(Québec) La Direction régionale de santé publique (DSP) a dû s'expliquer, jeudi au palais de justice, sur la façon dont elle a procédé à l'étude des risques de cancer dans le dossier de la contamination de l'eau à Shannon. Le juge a cherché à savoir pourquoi la DSP n'avait pas poussé plus loin ses recherches.

Les représentants de la Santé publique témoignent depuis le début de la semaine dans le recours collectif intenté par les citoyens de Shannon. Ils ont expliqué que la population de Shannon était trop petite pour réaliser des études statistiques, et que l'absence de données sur les niveaux de contamination avant l'an 2000 rendait impossible toute conclusion.

«Dans ces conditions, on ne pouvait pas donner de réponse satisfaisante aux citoyens qui nous demandaient si l'eau contaminée a provoqué des cancers chez eux», a résumé le Dr François Desbiens, directeur régional de santé publique pour la Capitale-Nationale.

Et il ajoute, sans qu'on lui pose la question : «Il n'y a eu aucune ingérence politique ou financière dans nos travaux. Si une technique fiable d'analyse avait existé, j'aurais demandé les fonds et je les aurais obtenus.»

Le comité des citoyens a dû embaucher ses propres experts pour comparer les taux de cancer dans les secteurs exposés au trichloréthylène (TCE) avec ceux observés dans les secteurs non exposés à Shannon. La DSP avait toutefois émis l'opinion que ces données n'étaient pas scientifiquement valables. Et le juge Bernard Godbout s'est étonné que la Santé publique en soit restée là.

«N'y aurait-il pas eu moyen pour vous de corriger les lacunes, de bonifier cette étude pour comparer les deux secteurs? Ça me semble être le genre de questions que vous devez vous poser», a-t-il dit à Jean-François Duchesne, conseiller en santé environnementale à la direction régionale.

«Même avec 50 maisons dans chacun des groupes, ça n'aurait pas été suffisant», lui a répondu ce dernier.

À ce sujet, Me Simon Pelletier, qui représente les citoyens dans cette cause, a fait remarquer au témoin que la Santé publique avait choisi d'ignorer un groupe important de résidants, ceux qui habitent dans les logements familiaux de la base militaire de Valcartier, dans un secteur qui fait partie de la municipalité de Shannon. Ce secteur, nommé Courcelette, est situé au-dessus du panache de contamination, et on y compte près de 2000 personnes.

«Comme le secteur Courcelette est de juridiction fédérale, mon directeur avait conclu que ça ne relevait pas de notre mandat», a expliqué M. Duchesne.

Le témoignage de ces spécialistes se révèle par ailleurs délicat, puisque techniquement, ils ne sont pas appelés à titre d'experts, mais seulement comme témoins de faits. Pourtant, un grand nombre de questions ont porté sur des points techniques et sur la valeur des données recensées par les citoyens, ce qui a fait réagir Me Pelletier. «Il y a des choses qui ne sont tout simplement pas vraies dans les rapports de la DSP, a-t-il tenu à souligner, mais je n'en ferai pas la démonstration parce qu'on a déjà traité de ces sujets lors des témoignages d'experts.»

Le juge Godbout a toutefois assuré qu'il ne retiendrait pas «la substance ou le fond» des études de la DSP dans sa décision. «Elles ne seront pas considérées comme des rapports d'experts, et j'entends bien respecter cette ligne», a-t-il fait observer.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer