Accès aux médecins: l'argent doit suivre, disent les omnipraticiens

Le ministre Yves Bolduc doit passer de la... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le ministre Yves Bolduc doit passer de la parole aux actes et améliorer les conditions de travail des médecins de famille s'il souhaite un meilleur accès pour les patients, estiment les omnipraticiens.

Le Soleil, Patrice Laroche

(Québec) Des rendez-vous plus rapides et un meilleur accès à un médecin de famille passent inévitablement par une amélioration notable de la rémunération des médecins omnipraticiens et de leurs conditions de pratique.

C'est ce qu'a soutenu, mercredi, le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, Louis Godin, en réaction aux propos du ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, qui a dit souhaiter, dans une entrevue au Soleil, un meilleur accès aux médecins de famille et des rendez-vous dans un délai maximal d'une semaine.

«Il reprend intégralement ce qu'on met de l'avant depuis deux ans. On a d'ailleurs fait plusieurs propositions dans le même sens dans les négociations actuelles», s'est-il réjoui.

Toutefois, le chef syndical a tempéré ses propos en se questionnant sur l'ampleur réelle des nouvelles ressources que le gouvernement Charest est prêt à accorder pour ajouter des médecins de famille.

«Est-ce que le ministre passera de la parole aux actes? Il reconnaît qu'il manque au moins 1000 médecins de famille, mais est-ce qu'il aura les budgets pour améliorer la rémunération, les conditions de pratique pour faire en sorte que plus de médecins optent pour la médecine familiale au lieu de devenir des médecins spécialistes?», a-t-il demandé.

Dans le contexte actuel, il doute fortement que la pénurie de médecins omnipraticiens sera comblée d'ici cinq ans par l'arrivée de nouveaux médecins sortant des facultés de médecine, comme l'a avancé le ministre Bolduc.

«Cette année, on s'attend à ce que 40 % des finissants en médecine choisissent la médecine familiale, alors qu'il en faudrait 50 %. Le ministre est très optimiste quand il pense pouvoir régler la pénurie d'ici cinq ans», a-t-il affirmé.

Nouvelle méthode

M. Godin s'est dit d'accord avec le ministre, qui favorise un accès plus rapide aux médecins.

«Nous sommes loin d'être rébarbatifs à modifier notre organisation du travail pour voir plus de patients. Nous sommes très à l'aise à implanter une nouvelle méthode [advanced access, ou accès rapide] pour donner des rendez-vous plus rapidement, mais il faut des ressources supplémentaires pour l'informatisation, des infirmières et une meilleure rémunération. Dans le contexte actuel, ce n'est pas possible», a-t-il soutenu.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer