La CAQ, le cauchemar du PQ

Dans Louis-Hébert, le désistement du candidat Éric Tétrault... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Dans Louis-Hébert, le désistement du candidat Éric Tétrault (à droite) pourrait faire mal au PLQ et donner l'espoir à la CAQ de prendre ce château-fort libéral, ce que veut éviter le PQ, qui verrait le parti de François Legault s'imporser comme «gouvernement en attente».

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) DÉCODAGE / À défaut de l'emporter lui-même dans Louis-Hébert, le Parti québécois espère la victoire des libéraux. C'est que l'opposition officielle n'a aucun intérêt à voir la Coalition avenir Québec apparaître comme le «gouvernement en attente». Pas à un an des élections générales.

Pour la CAQ et pour les autres, l'épreuve du 2 octobre dépasse celle d'une simple partielle.

Si le parti de François Legault l'emportait dans ce bastion libéral, il verrait de très nombreuses personnes cogner à sa porte dans l'espoir de porter ses couleurs aux élections générales.

À l'opposé, les libéraux et les péquistes pourraient devoir affronter un vent de face dans le recrutement. Surtout dans la région de la capitale, qui pourrait entièrement basculer dans l'escarcelle de la CAQ aux générales si celle-ci délogeait les libéraux dans Louis-Hébert. D'où sa rage de l'emporter.

Point de bascule?

Les libéraux redoutent que cette partielle soit un point de bascule pour la CAQ. D'où leur dépit devant l'«épisode Éric Tétrault». Cette aventure leur a fait plus mal à eux que le retrait du caquiste Normand Sauvageau à la CAQ.

L'affaire Tétrault a indéniablement joué dans le départ de Jean-Louis Dufresne, le désormais ex-chef de cabinet de Philippe Couillard.

C'était lui ou un accroissement du mécontentement des députés inquiets. Il fallait que quelqu'un paie. M. Dufresne avait sa part de responsabilité dans le choix d'Éric Tétrault et son style déplaisait au caucus. Il a été sacrifié sur l'autel de la raison gouvernementale.

Dans la foulée de son départ, le premier ministre Philippe Couillard a parlé d'une nouvelle phase à venir pour son gouvernement, qui passerait de la «restauration» à la «transformation».

Des mots clés? Plutôt des mots-clics. Les gouvernements veulent toujours passer d'une phase à l'autre. Ce n'est pas la première fois que Philippe Couillard s'avance sur ce terrain.

En janvier 2016, il y a déjà un petit moment, donc, il avait indiqué que la phase de «redressement» était passée et que la suivante, celle qu'il entreprenait à ce moment-là, serait celle du «nouvel élan». Un peu la même chose que cette semaine, mais dans d'autres mots.

S'ils l'emportaient dans Louis-Hébert, François Legault et son équipe resteraient prudents - une fois l'euphorie du moment passé. À la CAQ, quelques-uns se souviennent qu'une incroyable série de victoires adéquistes dans des partielles au début des années 2000 n'avait pas pour autant propulsé le parti de Mario Dumont aux générales de 2003. Le Parti québécois le rappellerait.

Pour l'heure, le Parti libéral travaillera très fort à «faire sortir le vote» le 2 octobre. C'est l'une de ses forces.

Des dissonances péquistes

Des questions se posent après le 17congrès du Parti québécois. Celle-ci, entre autres : que veulent dire certaines des propositions qui y ont été adoptées? Car quelques-unes peuvent être interprétées fort différemment, ce qui pourrait laisser beaucoup de marge de manoeuvre à un éventuel gouvernement péquiste - si tant est que le parti les glisse dans son programme électoral. Trois exemples :

S'il prend le pouvoir, le Parti québécois réduira «de façon significative et graduelle le financement public des écoles privées». Mais attention : en soulignant que cette résolution ne dit pas qu'il faut abolir les écoles privées ou couper leur financement de moitié, Jean-François Lisée suggère qu'un gouvernement péquiste évaluerait la situation en temps et lieu. Et comme il le veut.

En matière de laïcité, le Parti québécois étendrait «l'exigence de neutralité politique des fonctionnaires de l'État à la neutralité religieuse». À tous les fonctionnaires de l'État, donc. Tout en se disant d'accord, Jean-François Lisée et Agnès Maltais ont expliqué que cela ne changerait rien à ce qu'ils ont présenté en novembre 2016. Et que les représentants de l'État qui seraient astreints à l'obligation de n'afficher aucun symbole religieux sont les juges, les procureurs, les gardiens de prison et les policiers, ainsi que les éducateurs en garderie ou en CPE, et les enseignants des niveaux préscolaire, primaire et secondaire. Nous sommes priés de comprendre que le libellé parlant des fonctionnaires dans leur ensemble est un «principe général».

Dernier exemple : plutôt que d'étendre la loi 101 au réseau collégial, le Parti québécois offrirait aux cégépiens francophones la possibilité «de suivre au cégep un parcours en anglais enrichi qui pourra comporter une session dans un cégep anglophone». Mais il veut aussi «que le financement des cégeps anglophones réponde en priorité aux besoins de la communauté historique anglophone et, par conséquent, qu'il soit graduellement aligné sur le poids démographique proportionnel de cette communauté». Un peu de tout pour tous.

Des lieux de médiation

Allons-y d'une observation générale et plus fondamentale sur nos partis politiques. Ils sont de précieux lieux de médiation, des instances où l'on discute, où l'on débat et où l'on se rallie. Les ardeurs des uns et des autres y sont tempérées.

Même si les partis sont parfois contraints d'aménager certains éléments, d'étirer le sens des mots, ils devraient être un peu plus célébrés et un peu moins pourfendus qu'ils le sont. Rien n'est plus sain que de tels lieux de médiation.

Prenons-en conscience en cette période où le radicalisme s'exprime sans complexe.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer