L'ancien ministre Jérôme Choquette est décédé

Jérôme Choquette, qui était âgé de 89 ans,... (Photo Archives La Presse)

Agrandir

Jérôme Choquette, qui était âgé de 89 ans, aurait succombé à une pneumonie, vendredi.

Photo Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Un des hommes forts du premier gouvernement de Robert Bourassa, Jérôme Choquette, est mort à l'âge de 89 ans.

Jérôme Choquette entrant au palais de justice de... (La Presse canadienne) - image 1.0

Agrandir

Jérôme Choquette entrant au palais de justice de Montréal, le 18 octobre, 1970.

La Presse canadienne

Il aurait succombé vendredi à une pneumonie.

Jérôme Choquette est surtout connu pour son rôle dans la Crise d'octobre puisqu'il était alors ministre de la Justice du Québec. On l'a associé au clan des faucons, une image qu'il aimait projeter en se promenant avec un revolver à l'étui pendant cette époque, pour ne pas se laisser intimider, avait-il expliqué plus tard.

Il a tenu la première conférence de presse après l'enlèvement du diplomate britannique James Cross. C'est lui qui a fait connaître le refus des autorités politiques de libérer les prisonniers felquistes. Et c'est encore lui qui a envoyé la demande d'intervention de l'armée canadienne pour soulager les divers corps policiers québécois aux abois.

Mais M. Choquette tente aussi de calmer le jeu en proposant au premier ministre Robert Bourassa l'instauration d'un ministère de la Paix sociale.

Certains, comme l'auteur Louis Fournier dans son FLQ : Histoire d'un mouvement clandestin, l'accusent d'avoir été au courant des listes des 450 personnes qui seront arrêtées au cours de la Crise d'octobre, ce qu'il a souvent nié avec véhémence.

Après l'échec de ces négociations, le gouvernement fédéral proclame la Loi sur les mesures de guerre, ce qui permettra aux corps policiers d'arrêter arbitrairement quelque 450 personnes. Dans une entrevue diffusée en octobre 1980 sur les ondes de Radio-Canada, M. Choquette dira être intervenu pour limiter les dégâts.

«Quand j'ai vu que ces arrestations étaient massives et, dans plusieurs cas, peu justifiées, j'ai dit à M. [Maurice] Saint-Pierre [le chef de la Sûreté du Québec à l'époque] que je ne voulais plus voir une seule arrestation sans mon autorisation personnelle.»

Bien des années plus tard, en 2010, M. Choquette se dira être «parfaitement en paix» avec lui-même face à cette période. «J'ai fait ce que j'avais à faire. Si j'avais agi autrement, j'aurai manqué à mes devoirs.»

Mais ces événements lui pèseront longtemps sur la conscience. Dans sa monumentale biographie consacrée à René Lévesque, Pierre Godin lui fait dire que «jamais plus il n'appuiera une loi d'exception». Il abandonnera les procédures contre les rares personnes qui seront accusés.

Et quatre ans plus tard, il déposera un projet de loi établissant la Charte québécoise des droits de la personne et la Commission des droits de la personne.

Son rôle dans les événements d'Octobre occulte le reste de sa carrière et les nombreuses réformes qu'il a pilotées. On lui doit notamment la création du système de l'aide juridique. «N'avons-nous pas le même devoir fondamental de voir à ce que ceux qui ont un urgent besoin de défense dans l'appareil judiciaire complexe que nous connaissons se voient reconnaître le droit à l'assistance judiciaire alors que leur situation financière ne leur permet pas de jouir de la plénitude de leurs droits comme êtres humains», avait-il déclaré en commission parlementaire.

On lui doit aussi la création de la Cour des petites créances. Il parraine la Loi sur la protection de la jeunesse. Il est aux premières loges lors du débat sur le projet de loi sur l'indemnisation des victimes d'actes criminels ou encore la création de la Commission d'enquête sur le crime organisé.

Jérôme Choquette est né à Montréal le 25 janvier 1928. Diplômé de McGill et de la Faculté de droit de l'Université de Paris, il a amorcé sa carrière sur la scène politique provinciale en étant élu député libéral d'Outremont en 1966. Il sera réélu sans difficulté aux élections de 1970 et de 1973.

En 1975, Robert Bourassa le mute au ministère de l'Éducation, un poste difficile en raison de l'adoption de la loi 22 sur la langue française. Se disant en désaccord avec l'application de la loi, notamment au chapitre de l'enseignement, il quitte ses fonctions et le Parti libéral. Il fonde le Parti national populaire (PNP).

L'ancien ministre prononce alors un discours que ne renierait pas les divers tenants d'une troisième ou quatrième voie. «Il est vital que les forces vives du Québec se réunissent dans une nouvelle formation politique si nous voulons remettre de l'ordre dans notre maison.»

Peu avant les élections de novembre 1976, il tente de former une coalition avec l'Union nationale de Rodrigue Biron qui durera à peine un mois. Au cours du scrutin, le PNP ne récolte que 31 043 votes (0,92 % des suffrages exprimés) dont plus de la moitié par son seul élu, Fabien Roy, dans Beauce-Sud. M. Choquette dû se contenter de la troisième place dans Outremont, n'ayant obtenu la confiance que de 4129 électeurs.

L'homme a relancé sa carrière politique en se faisant élire maire d'Outremont en 1983, poste qu'il occupe jusqu'en 1991. On se rappellera surtout de la controverse qu'il avait semée en tenant d'interdire les petites tenues dans les parcs de sa ville.

Il tentera sa chance à la mairie de Montréal, en 1994, à la tête du Parti des Montréalais mais il subira un retentissant échec, n'obtenant que 13,06 % des votes et terminant au troisième rang derrière l'élu, Pierre Bourque, et le sortant, Jean Doré.

Après cette défaite, il retourne à la pratique du droit, fondant en 1998 le cabinet Choquette Beaupré Rhéaume, qui se spécialise les domaines du droit municipal et de la fiscalité municipale ainsi que dans les domaines du droit civil en général et du droit des assurances.

Et, ultime consécration, il obtient en 2008, la Médaille du Barreau de Montréal. «Par ses diverses réformes, Me Choquette a redessiné le système judiciaire québécois, ce qui le classe parmi les plus grands ministres de la Justice que le Québec ait connu», avait alors déclaré le bâtonnier Nicolas Plourde.

***

Un juriste «compétent» et«ferme»

D'anciens collègues du ministre libéral Jérôme Choquette, mort vendredi, se souviennent d'un juriste «compétent», «intègre» et extrêmement «ferme» avec la loi qu'il devait appliquer à la lettre en tant que procureur général.

L'ex-ministre du Travail, Jean Cournoyer, a appris à ses dépens la grande fermeté de M. Choquette lorsqu'il a vu que son collègue avait jeté en prison les trois chefs des centrales syndicales qui avaient défié la loi spéciale du gouvernement à l'époque.

«Le gouvernement était pogné avec ça, les trois chefs syndicaux en prison! La réputation du Québec était en danger à travers le monde, on avait l'air d'un pays du tiers-monde, en ce qui me concerne», a-t-il déclaré en entrevue téléphonique.

«Sauf que lui, il n'avait pas mis des chefs syndicaux en prison, il a mis des gens qui ont été coupables de mépris de cour. Le titre qu'ils possédaient, ça n'avait pas d'importance pour lui.»

Le juriste en chef de l'État québécois répétait à l'époque qu'ils «avaient juste à aller en appel».

«Son leitmotiv sur l'emprisonnement des chefs syndicaux, c'était de dire: "ce n'est pas moi qui les ai envoyés en prison, ce sont eux qui ont voulu aller en prison"», a ajouté M. Cournoyer.

M. Choquette prenait très au sérieux son rôle de ministre de la Justice, selon Jean Cournoyer, et il avait prévenu le conseil des ministres qu'il «ne répondait pas au gouvernement».

«Il n'était pas question qu'on se mêle de la justice.»

L'ancien premier ministre péquiste Bernard Landry se souvient d'un «bon serviteur de l'État» avec qui il a toujours eu de bonnes relations.

«On avait des différences politiques évidemment considérables, mais ça ne m'a pas empêché d'apprécier ce qu'il a fait pour notre État national», a-t-il confié en entrevue.

Plusieurs se souviennent de Jérôme Choquette pour son rôle dans la crise d'octobre, qui a été marquée par l'imposition de la Loi sur les mesures de guerre. Ce fut un épisode «douloureux» pour lui, a témoigné le député Jean-Claude Gobé, son ami de longue date.

«Il croyait beaucoup à la liberté, il a fait la Charte des droits et libertés, ce n'est pas pour rien. Et lui, le fait de suspendre les libertés avec la Loi sur les mesures de guerre...il n'était pas content», a-t-il témoigné.

«Il vivait ça douloureusement.»

Riche héritage

Malgré ces controverses, Jean Cournoyer a tenu à rappeler l'héritage «social» de Jérôme Choquette.

«La Loi des petites créances, ça a donné accès à la justice à bien du monde qui n'y avait pas accès avant parce que ça coûtait trop cher. La Loi sur l'indemnisation des victimes d'actes criminels... Ce sont des choses qui n'existaient pas avant lui», a soutenu l'ancien ministre.

Le bâtonnier du Québec a par ailleurs salué «le père de l'aide juridique».

«Ce n'est certainement pas un hommage général sur l'homme ou sur son héritage politique complet, mais il faut mentionner qu'il est le père de l'aide juridique, une innovation importante du système de justice qui est plus que jamais d'actualité», a déclaré Paul-Matthieu Grondin, dans une déclaration transmise à La Presse canadienne.




À lire aussi

  • Paul Rose est décédé

    Société

    Paul Rose est décédé

    Le long métrage La maison du pêcheur, qui raconte l'histoire de la cellule Chénier du Front de libération du Québec, doit sortir en salle ... »

  • Percé se souvient de Paul Rose

    Société

    Percé se souvient de Paul Rose

    Gilbert Bourget, de Percé, avait 20 ans à l'été 1969. Il fréquentait la Maison du pêcheur, où ont convergé Paul Rose, son frère Jacques et Francis... »

  • La crise d'Octobre... et ce qu'il en reste dans les écoles

    Éducation

    La crise d'Octobre... et ce qu'il en reste dans les écoles

    «La crise d'Octobre? Ça m'dit vraiment rien...» Dans la cafétéria bondée d'une école secondaire de Québec, la question suscite des froncements de ... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer