Les jeunes libéraux proposent une brèche dans la loi 101

Le président de l'aile jeunesse du Parti libéral,... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le président de l'aile jeunesse du Parti libéral, Jonathan Marleau

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Sherbrooke

Les jeunes libéraux proposent une brèche dans la loi 101 : ils veulent donner aux francophones l'accès à l'école primaire anglaise.

Il s'agit d'une proposition qui sera débattue dimanche au congrès de la commission jeunesse du Parti libéral du Québec (PLQ), à l'université Bishop's, à Sherbrooke. Le premier ministre Philippe Couillard n'a pas fermé la porte en affirmant qu'«il y a des mises en commun qui sont possibles».

Le projet de résolution, déposée par les jeunes libéraux de Montréal, fait valoir qu'il manque de places dans les écoles françaises de Montréal tandis que le réseau scolaire anglophone est sous-utilisé.

Selon le libellé de la résolution, «le réseau scolaire anglophone est un atout pour le Québec qui permet à former [sic] des jeunes habiles en anglais et branchés sur le monde», dans «le contexte de mondialisation».

Les jeunes du PLQ proposent donc un projet pilote par lequel un nombre restreint d'élèves dont un des parents a étudié à l'école française pourrait être inscrit à l'école publique anglaise.

On poursuit en précisant que «seuls les étudiants dont les parents on [sic] fait une demande au ministère de l'Éducation seront inscrits sur la liste des étudiants éligibles [sic] à participer au projet pilote».

En point de presse samedi matin au congrès des jeunes, le premier ministre Philippe Couillard a refusé d'y voir une brèche dans la Charte de la langue française. Il a toutefois souligné la «différence de capacité d'accueil» et la «différence démographique» entre les communautés de langue française et de langue anglaise.

«Je pense qu'il y a des mises en commun qui sont possibles entre les deux communautés et on va laisser les jeunes faire les débats à leur congrès. Mais il n'y est pas question de revenir sur quoi que ce soit de la loi 101.»

En vertu de la Charte de la langue française, seul un parent qui a déjà fréquenté l'école anglaise au Canada peut inscrire son enfant dans une école anglaise au Québec.

***

Vote en faveur d'un ordre des enseignants

Les jeunes libéraux ont voté massivement samedi pour la mise sur pied d'un ordre professionnel des enseignants.

Réunis en congrès à l'université Bishop's samedi, les membres de la commission jeunesse du Parti libéral du Québec (PLQ) ont fait valoir qu'un ordre permettrait notamment de radier les enseignants incompétents, qui sont actuellement protégés par les syndicats.

Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, avait déjà démontré peu avant le vote une certaine ouverture à l'idée d'un ordre professionnel.

Selon la résolution adoptée par les jeunes libéraux, le «gouvernement s'emploie à valoriser la profession d'enseignant en entamant une réflexion sur l'encadrement de la profession qui pourrait mener à la mise en place d'un ordre professionnel».

Un ordre professionnel permettrait notamment de «rendre obligatoire le suivi de formation continue», peut-on lire.

Plusieurs des jeunes libéraux qui se sont succédé au micro pendant le débat en plénière ont fait état de professeurs incompétents ou qui n'avaient pas la formation pour enseigner la matière, ou encore qui étaient incapables de se servir d'un ordinateur.

Seules quelques voix discordantes se sont élevées. Une jeune libérale a affirmé qu'un ordre ne servirait qu'à «fliquer», soit épier, les enseignants, ce qui n'est «pas la meilleure façon de valoriser la profession».

En point de presse un peu avant le débat et le vote, le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, a laissé entendre que l'ordre des enseignants pourrait être une des mesures d'un bouquet plus large visant à valoriser la profession.

«Cela a été proposé dans le programme électoral, cela fait partie du débat ambiant depuis longtemps, alors cela va faire partie de nos réflexions, de nos discussions. Je vais faire des propositions complètes, il y en aura plusieurs, et peut-être qu'une comme celle-là en fera partie.»

***

Un ordre n'est pas prioritaire, dit l'Institut économique

La proposition des jeunes libéraux du Québec de créer un ordre professionnel pour les enseignants a le mérite de relancer le débat sur l'éducation, mais des réformes plus en profondeur sont nécessaires pour valoriser le rôle de l'enseignant et favoriser l'excellence dans les écoles du Québec.

C'est ce que soutient l'Institut économique de Montréal (IEDM), qui salue la volonté des jeunes libéraux de vouloir apporter des changements dans le système d'éducation. Mais, selon l'organisation, la création d'un ordre n'est pas la meilleure solution.

Selon Germain Belzile, chercheur associé senior à l'IEDM, un ordre des enseignants n'accordera pas plus d'autonomie aux écoles, plus de choix aux parents ou une rémunération au mérite. «Ce sont pourtant là des changements simples qui valoriseraient la profession tout en favorisant la réussite scolaire de nos enfants», ajoute M. Belzile.

Il précise qu'une rémunération en fonction du rendement, par exemple, encouragerait l'excellence chez les enseignants et contribuerait à améliorer la qualité du système scolaire. Germain Belzile suggère qu'on devrait également donner plus de pouvoirs aux enseignants et directeurs d'écoles pour choisir le contenu des cours et la façon d'enseigner, tout en les récompensant ou les sanctionnant selon les résultats.

Il précise que des enseignants plus autonomes dans leur travail sont «plus heureux» et, par le fait même, «plus efficaces».

Favoriser la concurrence entre les écoles et donner plus de choix aux parents devraient aussi être au coeur de toute réforme du système scolaire, selon lui.

L'IEDM s'interroge par ailleurs sur la pertinence des commissions scolaires. «Non seulement pourrait-on éviter certaines dépenses administratives, mais le fait de réduire la bureaucratie permettrait aux écoles de s'adapter plus facilement à leur clientèle et d'innover dans les services éducatifs», conclut l'organisation.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer