2,5 milliards $ qui font polémique

Le caquiste François Bonnardel accuse le gouvernement d'avoir... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le caquiste François Bonnardel accuse le gouvernement d'avoir non seulement trompé les contribuables, mais également les parlementaires de l'Assemblée nationale.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le surplus-surprise de 2,5 milliards $ de l'année dernière ne passe pas chez les partis d'opposition. Le gouvernement Couillard connaissait l'existence de cet excédent, mais il a tenté de le camoufler le plus longtemps possible pour ne pas exposer son «trésor de guerre», disent-ils.

Les critiques en la matière au Parti québécois, Nicolas Marceau, et à la Coalition avenir Québec, François Bonnardel, sont à l'unisson: le ministre des Finances, Carlos Leitão, ne peut pas avoir découvert cette semaine à peine l'existence d'un surplus 10 fois plus élevé que prévu pour l'année financière 2016-2017, celle terminée le 31 mars. En inscrivant en mars dans les documents budgétaires que ce surplus devrait être de 250 millions $, il a voulu tromper les Québécois, selon eux.

Comment se fait-il qu'il ait fallu attendre jusqu'à il y a 10 jours pour que le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, consente finalement à maintenir l'aide alimentaire dans les écoles défavorisées? s'indigne Nicolas Marceau en tenant pour acquis que le gouvernement connaissait l'existence de cet excédent depuis plusieurs semaines au moins - et qu'il était donc en mesure de savoir qu'un autre surplus de même hauteur au moins s'accumule actuellement pour l'année en cours.

Le caquiste François Bonnardel accuse le gouvernement d'avoir non seulement trompé les contribuables, mais également les parlementaires de l'Assemblée nationale. «Il se crée un trésor de guerre même s'il nous laisse croire qu'il met ça dans une réserve de stabilisation», dénonce-t-il.

Le PQ évoque des «bonbons électoraux» à venir.

Baisses d'impôt à l'horizon

Aux yeux du premier ministre Philippe Couillard, la situation budgétaire reflète la bonne santé de la province. L'amélioration de la cote de crédit que Standard & Poor's attribue au Québec le conforte dans son analyse.

«Il me semble que ça fait du bien! Ça fait des années qu'on a l'impression d'être au bord de la faillite au Québec. On a réussi quelque chose de très bien. Il y a de quoi célébrer. Mon équipe et moi, on a tenu le fort. On a eu de la colonne vertébrale.»

Les partis d'opposition s'attendent à ce que le gouvernement allège le fardeau fiscal des Québécois d'ici le prochain scrutin général, en octobre 2018. M. Couillard ne le nie pas, mais insiste pour dire que sa priorité ira aux réinvestissements.

«Je voudrais encore alléger le fardeau fiscal des Québécois», a-t-il dit en rappelant que son gouvernement a déjà aboli la taxe santé et réduit l'impôt général (en haussant à 14 890 $ la première tranche de revenu non imposée).

Mais «avant de prendre une décision sur un allègement fiscal supplémentaire, il faut que l'éducation, avant tout, soit bien soutenue; que la santé soit bien soutenue; et que les initiatives de développement économique soient bien soutenues. Une fois qu'on a assis ça, certainement que s'il y a une possibilité de faire un autre geste d'allègement fiscal, on le posera».

D'autres à venir

Le surplus de l'année financière terminée en mars s'élève à 2,5 milliards $ - et ce, même en tenant compte d'un versement de 2 milliards $ au Fonds des générations, nous a appris le tout dernier rapport des opérations financières du ministère des Finances.

Ces 2,5 milliards $ non prévus viennent d'être glissés dans la réserve dite de «stabilisation». Elle est désormais dotée de 4,7 milliards $.

Cette réserve peut permettre de combler un soudain déficit budgétaire. Le ministre Leitão a indiqué qu'elle peut aussi permettre de faire face à des imprévus. Par exemple, aux sommes que l'État devra continuer d'allonger pour soutenir l'industrie du bois d'oeuvre ou encore à l'aide à fournir aux sinistrés des inondations.

La découverte de cet important surplus pour 2016-2017 en annonce d'autres.

À l'instar du PQ, Québec solidaire estime que les surplus doivent être consacrés au renflouement des services publics. La CAQ réclame des baisses d'impôt.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer