La désobéissance civile justifiable, selon Nadeau-Dubois

Le leader parlementaire de l'opposition officielle, Pascal Berubé... (La Presse canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le leader parlementaire de l'opposition officielle, Pascal Berubé (à gauche), souhaite la bienvenue au député de Québec solidaire nouvellement élu Gabriel Nadeau-Dubois mardi, à l'Assemblée nationale.

La Presse canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La désobéissance civile peut se justifier lorsqu'elle combat des décisions «injustes» ou «illégitimes», estime le nouveau député solidaire de Gouin, Gabriel Nadeau-Dubois.

Maintes fois critiqué pour son refus de dénoncer la violence, en 2012, à l'époque de la grève étudiante, M. Nadeau-Dubois a livré le fond de sa pensée, mardi, jour de son assermentation.

«Moi, je crois que, dans une société démocratique, la violence n'a jamais été une manière de faire avancer ses idées», a affirmé l'ex-leader étudiant. Il plaidait à l'époque qu'à titre de porte-parole de la CLASSE, il n'avait pas le mandat de dénoncer la violence.

Le député solidaire de Gouin est par contre plus nuancé sur la question de la désobéissance civile, qui consiste en un refus public de se soumettre à une loi ou un règlement. «Dans l'histoire des démocraties, il y a eu de nombreux moments où la désobéissance civile pacifique a été utilisée pour contrer des décisions qui étaient illégitimes, qui étaient injustes, a indiqué M. Nadeau-Dubois. Pour moi, c'est le genre de situation qui s'évalue au cas par cas.»

Le nouveau porte-parole masculin de Québec solidaire, qui a remporté l'élection complémentaire dans Gouin avec près de 70% des voix, souhaite «tourner la page» sur les chicanes récentes avec le PQ. On saura «très bientôt» si le comité de coordination national entend se distancier des accusations de racisme lancées à l'endroit du PQ lors du dernier congrès de QS.

«Bien honnêtement, moi, je pense qu'il est temps de passer à autre chose, a dit M. Nadeau-Dubois. Se coller des étiquettes, se lancer des insultes, se réclamer des excuses parce que des militants ont tenu certains propos, ça ne me semble pas très sérieux», a soutenu M. Nadeau-Dubois.

À la Coalition avenir Québec, le député Éric Caire comprend mal que le nouvel élu ne dénonce pas la désobéissance civile. «Je ne vois pas comment un député de l'Assemblée nationale peut ne pas condamner systématiquement la désobéissance civile, a lancé M. Caire. Nous sommes le législateur, nous faisons les lois. On ne peut pas dire à nos citoyens : "On va voter une loi, mais si ça ne vous tente pas de la respecter, c'est peut-être légitime de le faire". C'est un double discours.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer