Constitution: les nations autochtones sur le chemin de Couillard

Konrad Sioui, grand chef de la nation huronne-wendat,... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Konrad Sioui, grand chef de la nation huronne-wendat, est d'avis que toute réforme constitutionnelle devra passer par la création d'un nouveau niveau décisionnel pour les autochtones.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Philippe Couillard veut discuter de la place du Québec dans le Canada, de la Constitution même. Pas de problème, mais il trouvera sur son chemin les nations autochtones déterminées à prendre en main leur avenir, avertit le grand chef de la nation huronne-wendat, Konrad Sioui.

«On est ouvert, bien sûr», indique-t-il en entrevue avec Le Soleil. «Si c'est un exercice intéressant, bien sûr, comme nation - parce qu'il ne faut pas y aller comme communauté, mais comme nation - nous on est prêt à faire valoir nos droits.»

M. Sioui prévient cependant qu'il faudra dès lors ressortir les traités ancestraux et les appliquer. Cela implique la légitimation d'une série de pouvoirs des Premières Nations sur le territoire. Mais aussi la confirmation de leur droit à l'égalité avec les autres peuples du pays et de leur droit à l'autodétermination.

«Reconnaissons qu'on vit toujours dans un Canada où il y a seulement deux peuples fondateurs, les Français et les Anglais, deux ordres de gouvernement», poursuit-il. «Et nous autres, souvent, trop souvent, quand on veut faire valoir nos droits, il faut aller à la Cour. On nous dit: "Allez à la Cour, c'est pas défini. Allez définir vos droits à la Cour." Alors on met des millions et des millions de dollars dans ces exercices là.»

«On n'a pas de rapport de force», regrette-t-il. Toute réforme constitutionnelle devra donc passer par la création d'un nouveau niveau décisionnel pour les autochtones: «Un ordre de gouvernement, une force, une capacité de prendre nos décisions. [...] Soyez sûr que nous avons l'expérience et la vigueur, la perspicacité et la sagesse, pour bien prendre des décisions pour nous et pour les générations à venir.»

Tout débat sur les textes fondateurs du Canada devra donc inclure ces questions chères aux autochtones, insiste-t-il. «C'est incontournable. Parce que si c'est pour finir comme Meech [projet raté de réforme constitutionnelle de 1987], où on vient encore donner un mandat pour les 100 prochaines années de revoir une Constitution où on ne reconnaît que deux peuples, les Français et les Anglais, ben c'est peine perdue, ça ne sert à rien.»

Konrad Sioui ne veut pas se faire passer un sapin tandis que les Québécois et les autres Canadiens se chamaillent sur la place des uns et des autres. «Il n'y en aura jamais assez pour les indépendantistes québécois, il va toujours y en avoir trop pour les gens de l'Ouest canadien. Et pour les Premières nations, on va vouloir nous embarquer dans un phénomène où on va vouloir toujours traiter ces questions-là [plus tard]. On ne peut pas signer un chèque en blanc à personne.»

Trudeau contre

Pour l'heure, le premier ministre fédéral, Justin Trudeau, s'est montré tout à fait contre un nouveau débat constitutionnel. Au Québec, Philippe Couillard ne perd cependant pas espoir de pouvoir un jour effacer «l'épisode inacceptable du rapatriement unilatéral de la Constitution, en 1982».

À l'époque, Pierre Elliott Trudeau (le père de Justin) était premier ministre. Il avait exclu le Québec lors de la conclusion d'un accord avec les autres provinces.

Konrad Sioui rappelle aux politiciens que lui, il était là, qu'il a été partie de la saga constitutionnelle. «Au début de ma carrière, j'étais chef régional et j'ai assisté, après le rapatriement de la Constitution, à toutes les conférences constitutionnelles. J'ai passé à travers Meech, j'ai passé à travers Charlottetown. Après ça, c'est devenu la crise d'Oka. Et après ça le gouvernement de [Jean] Chrétien avait reconnu dans le livre rouge l'autonomie gouvernementale.» Il juge donc avoir le bagage nécessaire pour participer à de nouveaux pourparlers.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer