Blaney se considère victime d'un vote stratégique

Selon Steven Blaney, le thème de la gestion... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Selon Steven Blaney, le thème de la gestion de l'offre a incité les membres du parti fédéral à voter stratégiquement, ce qui a joué en sa défaveur jusque dans sa propre circonscription.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Steven Blaney se console de sa défaite dans la course au leadership conservateur en applaudissant la survie du modèle agricole canadien. Selon le député de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, le thème de la gestion de l'offre a incité les membres du parti fédéral à voter stratégiquement, ce qui a joué en sa défaveur jusque dans propre circonscription.

M. Blaney a été sorti au sixième des 13 tours qui ont été nécessaires à l'échelle nationale pour désigner le chef de l'opposition officielle. Toutefois, dès le premier tour, le grand vainqueur Andrew Scheer lui damait le pion sur la rive sud de Québec en accaparant 49,4 % des voix exprimées. Le député local en a récolté 36,5 %. 

De l'avis du principal intéressé, c'est un effet de fin de parcours. «On a senti une polarisation vers la fin de la campagne au niveau du vote stratégique», a exprimé M. Blaney au Soleil lors d'un entretien téléphonique. «Les amis de la gestion de l'offre avaient donné une directive» pour bloquer le favori Maxime Bernier, a-t-il ajouté. 

Le politicien dit accueillir «avec soulagement» la fin d'une aventure qu'il qualifie de «trépidante et exigeante». «J'ai le sentiment du devoir accompli», dira-t-il à plusieurs reprises au bout du fil. 

Après s'être opposé pendant des mois à son collègue et voisin de circonscription Maxime Bernier, qui proposait d'abolir les quotas agricoles, M. Blaney a refusé de célébrer l'échec de celui qui a finalement fini deuxième. «C'est clair que je ne partageais pas toutes ses idées, mais il a fait une campagne audacieuse et créative dans laquelle à plusieurs égards je me reconnais. On est des conservateurs fiscaux, on veut couper dans les dépenses, réduire les taxes», a-t-il décrit. «Même si le débat a parfois été houleux, il n'y a jamais eu de hargne.» 

Le député lévisien se rallie avec enthousiasme à Andrew Scheer, chef dans lequel il place maintenant toute sa confiance. Lors de l'élection, il lui a pourtant préféré Kellie Leitch. La candidate ontarienne s'est fait remarquer avec sa proposition controversée d'imposer un test de valeurs canadiennes aux immigrants. «Il est important qu'on parle d'économie, mais aussi de préserver notre identité canadienne et Mme Leitch a eu le courage d'aborder cet enjeu sensible», a justifié M. Blaney. 

Celui-ci se dit «plus que jamais» motivé par sa carrière politique et prévient qu'il continuera de «dénoncer l'orgie de dépenses des libéraux».




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer