Nigel Wright a enfreint des règles d'éthique dans l'affaire Duffy

Nigel Wright à la fin de son témoignage,...

Agrandir

Nigel Wright à la fin de son témoignage, le 19 août.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Ottawa

La commissaire à l'éthique du Canada juge que l'ancien chef de cabinet de Stephen Harper, Nigel Wright, a violé des règles fédérales, incluant la Loi sur le Parlement, lorsqu'il a voulu aider Mike Duffy à rembourser les frais de subsistance qu'il avait réclamés.

Dans un rapport publié jeudi, la commissaire Mary Dawson affirme que Nigel Wright n'aurait pas dû demander au président du Fonds conservateur du Canada si celui-ci pouvait couvrir les réclamations d'indemnités de logement du sénateur Duffy.

Mme Dawson estime que M. Wright a utilisé sa fonction au bureau du premier ministre pour favoriser l'intérêt financier du sénateur Duffy, contrevenant ainsi aux règles d'éthique lorsqu'il a demandé l'aide financière du parti.

Ce plan ne lui a pas permis d'obtenir les fonds nécessaires pour faire disparaître le problème, de sorte que M. Wright a finalement lui-même versé 90 000 $ pour rembourser les dépenses du sénateur.

Nigel Wright n'a jamais été accusé à la suite de l'enquête de la Gendarmerie royale du Canada sur l'affaire Duffy, mais Mme Dawson qualifie «certainement ce geste d'irrégulier» et estime qu'il enfreint les règles d'éthique de même que la Loi sur le Parlement.

Un juge de l'Ontario a acquitté M. Duffy des 31 chefs d'accusation qui pesaient contre lui.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer