Agriculture: Bernier propose un «fiasco», dit Blaney

Confiant de pouvoir remporter la course à la... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Confiant de pouvoir remporter la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada, Steven Blaney sillonnera le Québec au cours de la prochaine semaine pour tenir des «cliniques de vote» dans certaines communautés.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le candidat à la direction du Parti conservateur du Canada, Steven Blaney, espère avoir fait la démonstration que la proposition de son rival Maxime Bernier sur la gestion de l'offre et le modèle agricole québécois ne tient pas la route.

Le député de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis estime que son voisin de circonscription, le député Maxime Bernier, défend une position qui mettrait à mal l'industrie laitière québécoise.

«Mon message est non seulement pour les producteurs, mais aussi pour les consommateurs. M. Bernier a reconnu que s'il voulait changer notre modèle agricole, il se devait de mettre une taxe, un système de compensation pour racheter les quotas. On sait que les quotas ont une forte valeur marchande, que ce soit pour les producteurs laitiers, les producteurs d'oeufs et les producteurs de poulets», a indiqué M. Blaney en entrevue après avoir dressé le bilan de sa campagne à la chefferie dimanche, à Québec. 

Il s'indigne notamment que son opposant suggère d'imposer une taxe sur le lait de 17 % ainsi qu'une taxe sur les oeufs de 30 %, ce qui aurait selon lui des conséquences néfastes pour les producteurs et les consommateurs.

«J'estime que j'ai fait la démonstration claire que les propositions de M. Bernier à l'égard du modèle agricole sont un fiasco non seulement pour les producteurs, mais aussi pour les consommateurs», a renchéri l'aspirant chef. 

M. Blaney espère que son collègue Maxime Bernier se rende à ses arguments et qu'il réalise que ses positions sont dans l'intérêt de l'économie canadienne, des consommateurs et des producteurs. «C'est important de se tenir debout devant le président Trump ou quiconque veut s'attaquer à nos marchés», a-t-il martelé. 

Cliniques de vote

Dressant un bilan positif de sa campagne et confiant de pouvoir remporter la course, M. Blaney sillonnera le Québec au cours de la prochaine semaine pour tenir des «cliniques de vote» dans certaines communautés afin d'aider les militants à voter. Les membres du parti peuvent voter de manière préférentielle, c'est-à-dire qu'ils doivent indiquer leur premier choix, leur deuxième et ainsi de suite. 

«Avec mes 10 ans d'expérience, j'ai été ministre de la Sécurité publique, les gens me connaissent. [...] Je suis le père de la loi C-51. Je suis quand même devenu quelqu'un de familier dans le milieu anglophone», a-t-il fait valoir, assurant avoir reçu un accueil familier à Calgary où il se sentait comme «dans une salle à Saint-Lazare-de-Bellechasse». Il assure maintenir le cap malgré l'alliance entre Maxime Bernier et l'ex-candidat Kevin O'Leary, qui aurait fait bondir le nombre d'appuis à l'autre candidat originaire de la Beauce.

Le prochain chef du Parti conservateur sera connu le 27 mai.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer