O'Leary se rallie à Bernier

Kevin O'Leary (à droite) estime que ses chances... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

Kevin O'Leary (à droite) estime que ses chances de prendre le pouvoir étaient minces en raison de ses faibles appuis au Québec, où il ne récoltait que 12 % dans les sondages. Il se range maintenant derrière Maxime Bernier.

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) À la surprise générale, celui qui menait dans les sondages à la course à la direction du Parti conservateur, l'homme d'affaires Kevin O'Leary, a annoncé mercredi qu'il se retirait et donnait son appui au député de Beauce Maxime Bernier.

«Trudeau doit partir et voici l'homme pour le remplacer!», a lancé O'Leary en pointant son ancien adversaire lors d'un point de presse télédiffusé en fin d'après-midi. «Je veux que Trudeau parte et je ferai tout ce qu'il faudra pour y arriver», avait-il déclaré un peu plus tôt.

Sa mauvaise maîtrise de la langue française et ses faibles appuis au Québec ont motivé la décision du natif de Montréal. «J'avais besoin de 30 sièges au Québec et j'avais seulement 12 % d'appui. Je viens tout juste d'avoir les chiffres», a expliqué aux journalistes celui qui est depuis plusieurs années l'un des investisseurs vedettes de la téléréalité américaine Shark Tank et de son pendant canadien Dragon's Den. 

Battre les libéraux

Le riche homme d'affaires, qui possède des résidences à Boston, Genève, Toronto et dans la municipalité ontarienne de Muskoka, s'estimait capable de remporter l'investiture conservatrice, mais pas de battre le Parti libéral de Justin Trudeau avec de tels chiffres dans la Belle Province. 

«Je sais que j'étais faible au Québec [...] La vérité, quand il est question de politique canadienne, c'est que le Québec détermine très souvent quel parti prend le pouvoir. Il représente le quart de la population.»

Tard mardi soir, M. O'Leary avait eu une longue rencontre avec Maxime Bernier, deuxième dans la plupart des sondages d'opinion, qui s'était poursuivie jusqu'au petit matin. Son entretien avec Bernier l'a vraisemblablement convaincu de lui donner son appui.

«Nous avons eu une belle discussion hier et nous sommes ici aujourd'hui. Et ce n'était pas la première fois [que nous discutions]», a précisé le député de Beauce.

Parfois critique des positions d'O'Leary durant la campagne, c'est un Maxime Bernier souriant qui a accueilli son ex-adversaire dans son équipe. «Oui, j'aime la compétition. C'est vrai pour le libre marché et c'est aussi vrai pour les idées. On a eu une belle compétition, moi et Kevin, et maintenant, on est ensemble.»

De perdant à gagnant

Le député de Beauce s'est également fait rappeler par les médias ses déclarations du mois de mars alors qu'il avait qualifié son nouvel allié de «mauvais candidat» et de «perdant» après que celui-ci l'ait accusé d'avoir recruté des membres de manière frauduleuse.

«M. Bernier, croyez-vous toujours que M. O'Leary est un perdant?», a questionné une journaliste. «Il est un gagnant!», a répondu du tac au tac le député de Beauce avec son sourire habituel. Il venait de dire quelques secondes plus tôt qu'il avait besoin de Kevin O'Leary jusqu'à la fin de sa campagne, dont le gagnant sera couronné le 27 mai à Toronto.

«Ce sont les membres qui vont décider. Je ferai de mon mieux. Je serai sur le terrain et Kevin va m'aider. Je vais faire campagne sur mes idées jusqu'à la fin et ce sera toujours une campagne positive», a résumé Maxime Bernier.

Kevin O'Leary, dont la campagne avait amassé plus d'un million $ depuis le début de l'année, a promis de continuer d'amasser du financement pour Maxime Bernier. Il se réjouissait également d'avoir réussi à amener plusieurs jeunes électeurs vers le Parti conservateur. «Je veux que les jeunes votent pour Max, car c'est leur meilleure chance d'avoir un emploi», a-t-il déclaré.

«C'est une bombe!», dit papa

Le retrait de Kevin O'Leary de la course à la direction du Parti conservateur et son appui à Maxime Bernier constituent une véritable bombe, selon le père du candidat beauceron, l'ex-député Gilles Bernier. 

«Non, je n'étais pas au courant avant de l'apprendre aux nouvelles. Je savais qu'il se tramait quelque chose, car j'ai parlé à Maxime ce matin [mercredi] et qu'il a insisté pour que j'écoute les nouvelles sans me dire pourquoi», a déclaré Gilles Bernier au bout du fil.

Il avoue qu'il ne s'attendait pas du tout au retrait de M. O'Leary, qui caracolait à la tête des sondages avec Maxime Bernier depuis le début de la campagne. «C'est une bombe! Et je crois que Maxime va très bien se débrouiller avec ça et se comporter comme un futur chef», a poursuivi le paternel, qui s'attendait plutôt à voir des candidats qui peinent à récolter plus de 5 % des intentions de vote se rallier à son fils ou à Kevin O'Leary.

Des fleurs pour O'Leary

«Je m'attendais à une lutte entre lui et M. O'Leary. On ne voit pas ça très souvent que l'un des deux meneurs d'une course à la direction se désiste au profit de son principal adversaire. Ce sont généralement les candidats moins populaires qui sont les premiers à faire ça», reprend Gilles Bernier, lançant au passage quelques fleurs à O'Leary.

«M. O'Leary est un anglophone qui est très populaire et qui croit en Maxime. Au départ, il y avait plusieurs gens qui ne croyaient pas en Maxime et qui ont changé d'idée après l'avoir vu débattre.»

Député de Beauce de 1984 à 1997, Gilles Bernier croit que la course à la direction finira bien pour son fils. «Maxime a une bonne plateforme et il est bien entouré de gens d'expérience. Et en plus, il est courageux. Il faut être courageux pour adopter des positions comme les siennes», poursuit-il.

Il sait aussi que son fils est maintenant l'homme à battre pour les 12 autres candidats. «Je lui dis que chaque jour, des gens vont lui tendre des pièges d'ici la convention et qu'il lui faut les éviter», conclut-il. Ian Bussières




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer