Contrat disparu: une affaire de confidentialité, dit Moreau

Le président du Conseil du trésor, Pierre Moreau... (Archives La Presse canadienne)

Agrandir

Le président du Conseil du trésor, Pierre Moreau

Archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministère du Conseil exécutif (MCE) a fait disparaître un contrat publié par erreur parce qu'il violait la confidentialité de la relation entre un avocat et son client, justifie le président du Conseil du trésor, Pierre Moreau.

Un contrat a été placé sur le système électronique d'appels d'offres (SEAO) du gouvernement pour des «services-conseils auprès de témoins rencontrés dans leurs fonctions de soutien à l'activité ministérielle ou gouvernementale», a écrit mercredi le Journal de Québec.

Mais ce contrat, qui a été accordé de gré à gré au cabinet BCF en novembre, est disparu du site après que des questions aient été posées sur sa raison d'être. Le retrait a été fait à la demande du MCE, le ministère du premier ministre.

Le président du Conseil du trésor soutient que la publication n'aurait jamais due être faite au départ.  Des éléments du contrat pourraient mettre à mal la confidentialité de la relation privilégiée entre un avocat et son client, a affirmé M. Moreau. Le client n'était pas le premier ministre, assure-t-il. «Le contrat a été communiqué par erreur, a affirmé M. Moreau. Il allait à l'encontre des dispositions relatives au secret professionnel et il a été retiré. Fin de l'histoire.» Une fois l'an, a dit M. Moreau, un sommaire des contrats du genre est publié dans lequel se retrouvent uniquement le nom des firmes choisies et les sommes en cause.

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, parle d'une affaire «louche au cube». «Si le ministère du premier ministre cherche à cacher l'existence de ce contrat, je pense qu'il faut absolument le lire en détail le plus vite possible», a-t-il déclaré.

Le député caquiste Éric Caire a mis la main sur le document en fouillant dans Google Cache. Il ne voit pas en quoi le secret professionnel serait violé par son dévoilement. «On ne demande pas la teneur des discussions entre l'avocat et son client, a plaidé M. Caire. Qu'est-ce qui gêne le premier ministre?»

Le retrait du contrat est «scandaleux», selon le député solidaire Amir Khadir.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer