L'effet GND se fait sentir à Québec

Accompagné d'Amir Khadir, Gabriel-Nadeau Dubois a fait sa... (La Presse canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Accompagné d'Amir Khadir, Gabriel-Nadeau Dubois a fait sa première apparition publique à l'Assemblée nationale depuis l'annonce de sa candidature. L'arrivée de l'ex-leader étudiant à Québec solidaire a donné un important coup de fouet à l'adhésion des membres dans la Capitale-Nationale.

La Presse canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Avec l'arrivée de Gabriel Nadeau-Dubois à Québec solidaire (QS), le membership dans la capitale nationale a grimpé en flèche en quelques semaines. Les sièges des circonscriptions de Taschereau et de Jean-Lesage sont plus que jamais prenables, estiment les associations du parti qui s'activent en vue du scrutin de 2018.

«On est passé à une autre vitesse», résume Sébastien Bouchard, porte-parole de l'association de Québec solidaire dans Jean-Lesage qui regroupe le nord de la Cité-Limoilou et une partie de Beauport. Le nombre de membres dans cette circonscription est passé de 170 à 260 en moins d'un mois, représentant une augmentation de plus de 50 %.

Le scénario est similaire dans Taschereau située au centre-ville de Québec et où les rangs de QS ont grossi de près de 45 % grâce à 130 nouveaux solidaires. Avec un total de 425 membres, l'association de la circonscription estime qu'elle dépassera d'ici quelques semaines son plafond historique de 500 membres qui avait été atteint lors de la crise étudiante en 2012. Dans les deux cas, se sont majoritairement des jeunes qui se sont joints à la formation politique.

Ces pourcentages correspondent à ceux qui avaient déjà circulé à l'échelle nationale à la suite de l'entrée en politique de l'ancien porte-parole de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), le 9 mars dernier. Le parti s'approche des 5000 nouvelles cartes distribuées, affirme Marie-Noëlle Béland, membre du comité de coordination de Québec solidaire Taschereau.

Celle-ci tient cependant à souligner que Gabriel Nadeau-Dubois n'est pas, à lui seul, responsable de l'intérêt renouvelé pour le parti représenté à l'Assemblée nationale par Amir Khadir et Manon Massé. La menace de disparition pesant sur la circonscription de Sainte-Marie-Saint-Jacques a mobilisé les troupes tout comme l'a fait, dit-elle, le travail des députés et celui effectué par les membres sur le terrain depuis des années.

Prendre la balle au bond

Mais elle convient, tout comme son collègue Sébastien Bouchard, que l'ex-leader étudiant a donné un coup de fouet important dans la Capitale-Nationale si bien que devant cet intérêt soudain pour Québec solidaire, les organisations locales ont pris la balle au bond et ont organisé des événements pour relancer des comités et élaborer une toute nouvelle stratégie en vue de l'élection de 2018. «On va pouvoir être une alternative», affirme sans hésiter M. Bouchard qui juge qu'un «renversement de tendance est en cours».

Dans Jean-Lesage, une assemblée générale s'est tenue la fin de semaine dernière tandis que Taschereau organise jeudi soir une assemblée publique où il sera notamment question des défis particuliers dans cette circonscription dont celui de convaincre que le parti n'en est pas un de «pelleteux de nuages». Manon Massé témoignera aussi de son expérience à titre de candidate défaite à plusieurs reprises avant d'accéder au gouvernement.

La candidate de Québec solidaire dans Taschereau, Marie-Eve Duchesne, et celui dans Jean-Lesage, Sébastien Bouchard, était tous deux arrivés quatrième dans leurs circonscriptions lors du scrutin de 2014 et respectivement gagnés par la péquiste Agnès Maltais et le libéral André Drolet. Les aspirants députés solidaires avaient cependant réussi à améliorer localement la performance du parti de plus de 3 % par rapport aux élections de 2012.

Rattrapé par son passé

Québec solidaire a appelé à la rescousse Gabriel Nadeau-Dubois, mercredi, dans le cadre d'un débat pour mettre fin au financement public des écoles privées, mais son passé l'a rattrapé.

Pur produit de l'école privée, le candidat de QS dans Gouin et futur porte-parole pressenti du parti a dû défendre son choix et celui de ses parents, à sa première apparition publique à l'Assemblée nationale depuis l'annonce de sa candidature.

Au cours d'un point de presse dans le hall de l'Assemblée nationale, quand des journalistes lui ont demandé s'il aurait préféré aller à l'école publique, il a d'abord esquivé la question en disant qu'il n'avait alors pas l'âge de prendre cette décision.

À ses côtés, le député Amir Khadir a alors volé au secours de celui qui pourrait succéder à Françoise David dans l'élection complémentaire à venir dans Gouin. Le député de Mercier a tenté de répondre à sa place, quand les journalistes sont revenus à la charge sur les préférences scolaires de M. Nadeau-Dubois à l'adolescence.

«Si ce choix réel existait, il est en train de dire qu'il préférait aller à l'école publique, puisque c'est ce qu'il propose pour l'ensemble du Québec», a rétorqué M. Khadir.

«Honnêtement, j'avais 12 ans à l'époque, je n'étais pas déjà militant politique, je n'avais pas toutes les informations pour prendre une décision à 12 ans», a par la suite poursuivi monsieur Nadeau-Dubois, tout en gardant sous silence sa préférence pendant son parcours scolaire.

L'aspirant porte-parole de QS a fréquenté le collège Regina Assumpta, une école privée renommée de Montréal.

Motion sur l'école privée

Québec solidaire a déposé une motion pour réclamer la fin du financement des écoles privées par l'État, dans le cadre du débat hebdomadaire sur les affaires inscrites par l'opposition.

La motion de QS demande de «mettre fin au système d'éducation à deux vitesses» et de «s'assurer que le financement étatique favorise l'équité dans la répartition des ressources, l'égalité des chances des élèves et la qualité du réseau public d'éducation».

Amir Khadir s'est défendu de vouloir ainsi piéger le Parti québécois, qui tente de se rapprocher du parti de gauche, mais qui n'a pas la même position que lui sur cette question.

Le porte-parole du PQ en éducation, Alexandre Cloutier, a plutôt suggéré en amendement au cours du débat de revoir le financement des écoles privées. Il a reconnu que le système actuel était «inéquitable», comme l'a conclu le Conseil supérieur de l'éducation dans un rapport.

Le député de Lac-Saint-Jean a reconnu que «personne ne veut toucher» à cette question qui est «une méchante patate chaude», mais qu'il fallait mieux encadrer l'école privée, sa mission éducative, et rétablir le lien de confiance avec l'école publique.

Cependant, au terme du débat, QS a rejeté l'amendement du PQ et la motion devra être mise aux voix dans sa version d'origine. Le vote a toutefois été reporté à jeudi matin.

Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, a pris la défense de l'école privée, une école «enracinée dans les régions» qu'il faut préserver au nom de la «liberté de choix» et de la «complémentarité».

Et surtout, en dépensant 500 millions $ dans le réseau privé, l'État économise, a plaidé le ministre. «C'est un faux raisonnement (de penser qu'on pourrait reverser ces sommes dans le réseau public), a dit M. Proulx. Ça coûte plus cher, un enfant dans l'espace public (...). Si on devait les intégrer (les 107 000 élèves du réseau privé), ça nous coûterait beaucoup plus cher, cela dépasserait le milliard de dollars.»

La CAQ a affiché son opposition à la motion de QS. Le porte-parole caquiste, Jean-François Roberge s'est attaqué à ce qu'il estime être des préjugés. Selon lui, l'école privée n'est ni l'école de l'élite ni l'école de douance.

«On vient diaboliser (avec cette motion) quelque chose dont on peut être fier», a-t-il résumé.  La Presse Canadienne




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer